| Accueil
LIMINAIRE
Les lignes de désir


Le soleil est haut dans le ciel, c’est un beau jour d’été. Il fait chaud, l’air est lourd, pas un souffle de vent. L’homme dort à même le sol, sommeil d’ivrogne, lourd et fatigué. Il a échoué là, sur le trottoir, sans savoir où il est, ce qu’il fait là. Il a fermé les yeux et tout oublié. Son souffle est épais, aviné, troublé. Je l’entends, passant à ses côtés, je l’observe à peine, gêné. Regarder quelqu’un qui dort c’est troublant, de l’intimité dans le sommeil et nos rêves inavoués. Le rebord du pont lui sert d’inconfortable oreiller, il ne s’en rend même plus compte. La pierre nue est plus douce que la douleur de son sommeil, ses rêves agités. Il a fermé les yeux, il ne me voit pas, mais tous les passants alentour m’observent quand je fais mine de m’arrêter à sa hauteur, lui prêter secours ? Mon regard devient suspect dans son suspens, je dois faire quelque chose mais rester là et l’observer c’est indécent, obscène. Observer de près rend vulnérable et accessible aux gens, aux lieux.



 

 

 

 

 

 

 

On marche des heures durant, au hasard des rues et des rencontres. Les bâtiments, les passants, ou le sens de la circulation sont autant de rencontres que l’on fait en ville quand on marche. Dans ce quartier qui mêle ancien et moderne, une église derrière un grand mur d’enceinte, on regarde un moment ce bâtiment avant de se rendre compte qu’une porte un peu plus loin nous permet d’y entrer. C’est une sorte d’îlot isolé, à l’abri du bruit, de la circulation et des regards. L’accès n’est pas réservé, facile d’y entrer, pourtant plus personne ne vient là, le lieu est abandonné. L’église est fermée depuis si longtemps, plus personne n’y entre. À l’ombre du vieil arbre, une cabane de chantier, l’hôpital est en travaux. Abandonnée là comme un vieux jouet et depuis si longtemps, qu’on a déposé contre elle de vieilles planches, cadres et montants de fenêtres, vitres cassés, détritus de travaux, matériels abandonnés, bien disposés les uns contre les autres comme des livres dans une bibliothèque.



 

 

 

 

 

 

 

Texte du 11 avril 2010, révisé le 23 juin après lecture du 31 mai au 3 juin 2010 sur France Culture par Rebecca Stella et Olivier Claverie (comédiens), dans l’émission Les Passagers de la nuit de Thomas Baumgartner.

2 commentaires
  • Le dormeur de ville 23 juin 2010 11:38, par brigetoun

    plaisir de retrouver et d’avoir trace

    • Le dormeur de ville 23 juin 2010 12:03, par Pierre Ménard


      Oui, plaisir de mon côté aussi de reprendre ce texte pour en extraire d’autres textes et tisser ainsi d’inédits liens avec les précédents textes.

      Ici, la forme s’est stabilisée à des fragments de 1001 signes chacun. Le texte « Les lignes de désir » qui s’écrit ainsi avec lecture et circulation aléatoire c’est aussi dans le processus d’élaboration sur internet qu’il s’invente. Au jour le jour...

      Voir en ligne : Liminaire

Le dormeur de ville
Publié le 9 juin 2010
- Dans la rubrique DÉRIVES
Regard Photographie Ville Quotidien Corps Paris Architecture Traces Les lignes de désir






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter