| Accueil
LIMINAIRE

Sur les murs de San Francisco, le pavé de Brooklyn, les trottoirs de Londres, fleurissent des graffitis un peu spéciaux. Des mots écrits en bleu, soulignés. Un indice familier pour les internautes, suggérant un lien hypertexte. De fait, il suffit de cliquer dessus en envoyant avec son téléphone portable ou son email le mot en question assorti du suffixe @grafedia.net pour découvrir ce qui se cache derrière ce lien. Ces graffitis pour initiés qui s’insinuent sur les façades, mais également les affiches, les lettres, les cartes postales, bref n’importe quel support physique y compris le tatouage, sont des mots-clés qui pointent vers des contenus virtuels : à chacun est associé une image ou un texte.

Grafedia

Visite fléchée. Proche de l’esprit hyperlien de Grafedia, Yellow Arrow (flèche jaune) s’inspire d’un autre courant du ’’street art’’ en pleine explosion, le sticker, cet autocollant qui présente l’avantage de pouvoir être collé dans l’urgence n’importe où. De petites flèches jaunes pointant vers des endroits précis se sont propages dans l’espace public new-yorkais avant de se disséminer dans le reste du monde. Chaque fois qu’on tombe sur un sticker, il suffit d’envoyer un SMS portant le code inscrit sur la flèche pour découvrir le texte ou l’image qui lui est associée.

Yellonarrow

Pour en savoir plus, lire l’article de Marie Lechner paru dans le journal Libération du 1er avril 2005 :

Libération

Graffitis : Des tags et des flèches qui rendent l’espace public intéractif
Par
Publié le 1er avril 2005
- Dans la rubrique DÉRIVES
Écriture Ville Dérive Multimédia États-Unis Itinéraire San Francisco






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter