| Accueil
LIMINAIRE
Résidence d’écriture à Guebwiller en Alsace


Comme je le rappelais dans la présentation de ma nouvelle résidence d’écriture À l’endroit, à l’envers... je suis invité par Xavier Galaup de la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin pour une [Résidence d’écriture de 7 mois (de décembre 2011 à juin 2012) au collège de Buhl, au Lycée de Kastler ainsi qu’à la Médiathèque de Guebwiller.

Je vais créer à cette occasion un livre numérique élaboré avec des élèves du Lycée de Kastler à Guebwiller et de la classe de 3°3 du collège de Buhl, à partir d’un travail en ateliers d’écriture, d’un reportage photographique sur la ville et sa vallée, ainsi qu’un travail collectif autour d’un blog créé et animé avec l’ensemble des professeurs partenaires dans cette action autour du thème du textile à Guebwiller.

Voici le premier reportage photo réalisé à Guebwiller (avec quelques extraits des textes écrits lors de la séance précédente par les élèves de 3e) :

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

Guebwiller est située à 23 km au nord-ouest de Mulhouse, à 18 km au nord-est de Thann et à 25 km au sud-ouest de Colmar au pied des Vosges et à l’entrée de la vallée du Florival (ou vallée de la Lauch : nom de la rivière qui la traverse). Le Grand Ballon, point culminant du massif vosgien, se trouve à 8 km à vol d’oiseau à l’ouest de la cité, ce qui le fait communément nommer ballon de Guebwiller.

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

La vallée du Florival s’ouvre par la ville de Guebwiller et se poursuit sur Buhl et Lautenbach-Zell. Deux sommets vosgiens majeurs la surplombe : le Grand Ballon, point culminant des Vosges (1424m), et le Vieil-Armand, ou Hartmannswillerkopf, haut-lieu de la 1re Guerre Mondiale. Située sur la Route des Vins, c’est un endroit très touristique.

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

Au Cap d’Adge devant la mer un grand soleil et une glace à l’italienne.

Au Gymnase à Buhl, à une soirée avec lui et moi, la musique à fond et nous en train de danser

Elle et moi devant un banc entrain de danser la macarena

Sur l’araignée, à Buhl, lui et moi en train de nous embrasser.

Les lumières qui illuminaient la rue, la sapin avec ses boules et un grand cadeau en-dessous.

Moi et mon chien dans mes bras, mon cœur battait et je l’aimais.

Mon père qui danse dans l’escalier et qui dévale les marches.

Guebwiller, à la piscine en train de se noyer et rigoler.

Buhl, à l’air de jeu, l’herbe verte et un fort soleil, en train de faire un match de foot.

Un jardin, l’herbe haute, des fleurs rose et jaune, le soleil et une chaise longue.

La montagne avec de la neige, il faisait si froid mais c’était si beau.


Guebwiller, sur Google Street View

 

 

 

 

 

 

 

 

Anaïs Kehl


Un ballon tout petit dans le ciel.

Une rivière au milieu d’une végétation d’été luxuriante.

Un grand arbre de 10 m de hauteur avec des feuilles rouges sanguin.

Une Mazda RX-5 sur ce béton granuleux.

Sur un manège, les buches, une descente vertigineuse.

Une pelouse verte atteignant l’horizon, un ciel bleu sans nuage, le soleil haut dans le ciel.

Quentin Schmidt


Guebwiller sur Google Street View

 

 

 

 

 

 

 

Mon lapin : petite créature intellectuellement très limité, son petit nez triangulaire toujours en activité, ses oreilles à l’écoute de chaque bruit, ses petites joues gonflées aux poils hérissés, son caractère de petit délinquant le fait désobéir aux règles...

Les spectacles (théâtre) : cette ambiance entre les acteurs, aller chez la maquilleuse, la coiffeuse, l’habilleuse, le stress insupportable, le mal de ventre, la peur avant d’entrer sur scène et la satisfaction après avoir joué.

Strasbourg, la cathédrale : les personnages sculptés dans la pierre, la couleur unique du bâtiment, le travail de chaque détail, la minutie des décors, l’ardeur donnée dans cette merveille.

Ma voisine : son air hautain, son visage peu commun, aussi méchant que laid, son nez imposant qui ne lui va pas du tout, sa cigarette toujours entre ses doigts, ses cheveux blancs mal soignés et son petit chien noir que je plains chaque jour.

Le camping : le matin à la piscine, acquagym, un troupeau de personnes dans l’eau pour amincir leur silhouette, reproduisant les geste de l’animateur, les autres sur leur relax.

Elise Strautmann


Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

« Cela devint, peu à peu, au fil des pas, une rêverie [1] effilochée et sans fin, dont je savais pourtant, au moment même où elle traversait mon esprit et où je me glissais en elle, dans un même mouvement, c’est tout un, qu’un jour les fils en reviendraient et qu’ils se tisseraient en moi, qu’ils viendraient compléter la trame de mon existence, même et peut-être surtout si je pensais les avoir oubliés… »

Un être tissé de langage, par Isabelle Pariente-Butterlin

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

En Turquie, une mosquée, grande, avec quatre minarets, à 100m de chez moi, de couleur beige, bleu, à l’intérieur de grands tapis, une grande coupole, de beaux écritures arabes, monté sur une colline.

À Canakkale, en Turquie, un monument aux morts de plusieurs guerres, dont plusieurs personnes étrangères (française, anglaise, Grèce, russe), ces guerres ont fait plus de 500 000 morts.

En Allemagne, à Berlin, un parlement, grand, nommé « Reichstag », son dôme en verre brillant.

En France, un monument historique, la Tour Eiffel, grande de près de 30m de long et 20m de large, plein de touristiques étrangers, des revendeurs.

En Turquie, un musée de l’Empire ottoman, surnommé « Topkapi sarrayi », ancien château, gran, avec une porte renforcé, peint en blanc, de grands jardins vert, rempli d’arbre.

Eure Erciyas

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

« comme autrefois les doigts des femmes, sur les plus humbles tissus, venaient patiemment mettre des pièces assemblées avec la plus grande finesse, avec une attention jamais démentie, sur les toiles les plus rêches, et je les regardais sans comprendre l’attention presque immobile qu’elles leur portaient, alors que l’enfance m’appelait ailleurs, et dont le souvenir, très lentement, marchant aux bords des phrases, me déplaçant aux bords des phrases me revenait et se faisait entendre et demandait à être repris, sans qu’il soit possible cette fois de le rejeter du bout de la conscience, alors je commençais à comprendre, dans le monde de la transposition en phrases, cette toile rêche et l’attention qu’on lui portait. »

Un être tissé de langage, par Isabelle Pariente-Butterlin

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

Buhl, un banc en pierre avec à côté un gros pot de fleurs, derrière il y a l’église et un chien qui aboie, des gens qui passent en voitures et des potes et moi en train de rigoler.

Buhl, le soir du marché de Noël, avec pleins de gens, de stands, des chants de Noël et des lumières.

Italie, devant la tour de Pise avec une foule de touristes, il fait chaud et il y a des stands tout le long des maisons.

Buhl, a une soirée devant la caserne des pompiers où on ne fait que danser avec deux potes sur une piste de danse entourée de tables.

Guebwiller, chez mon cousin sur un canapé avec tous mes petits cousins en train de parler, à côté il y a un jeu de fléchettes et un bar.

Guebwiller, dans un parking le 14 juillet, en train de regarder le feu d’artifice avec plusieurs personnes de ma famille, devant il y a un petit cinéma et l’église qui est illuminée.

Buhl, devant la boulangerie où je passe tous les jours pour rentrer des cours, il y a des patisseries appétissantes qu’on aimerait bien manger.

Johanna Steriti

Mairie de Lautenbach, sur Google Street View

 

 

 

 

 

 

 

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

Marcher à travers une ville qu’on ne connaît pas, qu’on a traversé une seule fois de jour en voiture, l’occasion de mémoriser rapidement quelques points de repères, la médiathèque, l’Église Notre-Dame et son large parvis, le canal et l’ancienne gare, le centre-ville, la place de l’Hôtel-de-Ville de style gothique flamboyant, l’Église romane Saint-Léger, l’Église et cloître des Dominicains de style gothique, la Synagogue qui n’est plus affectée au culte, et sur les hauteurs, le lycée Krastler. On avance en traversant la ville toute en longueur, par paliers successifs, en dessinant des lacets, à partir du canal qu’on longe depuis la gare désaffectée.

Guebwiller, janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 



Noms des rues, ruelles, allées, avenues, place et chemins de Guebwiller :

Rue Albert Schweitzer Rue Althoffer Rue Brigitte Schick Rue Casimir de Rathsamhausen Rue Charlemagne Rue Charles Biehler Rue Charles Kienzl Rue de Bapaume Rue de l’Abbe Braun Rue de l’Abbe Thomas Rue de l’Altrott Rue de l’Ancien Hopital Rue de l’Ancien Presbytère Rue de l’Angreth Rue de l’Appenthal Rue de l’Artisanat Rue de l’Église Rue de l’Electricite Rue de l’Ermite Rue de l’Esperance Rue de l’Hopital Rue de l’Hôtel de Ville Rue de l’Industrie Rue de l’Orphelinat Rue de la Breilmatt Rue de la Commanderie Rue de la Cour Franche Rue de la Filature Rue de la Fosse Aux Loups Rue de la Gare Rue de la Kapellmatt Rue de la Madelon Impasse Charles Biehler Impasse de l’Aubepine Impasse de la Pompe Impasse de la Porte de l’Ange Impasse de la Synagogue Impasse des Genets Impasse du Cure Lecoeur Impasse Jean Schlumberger Allée des Cedres Allée des Pres Allée des Tilleuls Rue de la Marne Rue de la Monnaie Rue de la Piscine Rue de la Plaine Rue de la Porte Haute Rue de la République Rue de la Somme Rue de la Source Rue de la Tuilerie Rue de Lucerne Rue de Lure Rue de Murbach Rue de Peronne Rue de Reims Rue de Verdun Rue des Allies Rue des Alouettes Rue des Anemones Rue des Armagnacs Rue des Arquebusiers Rue des Bles Rue des Bleuets Rue des Boulangers Rue des Bouleaux Rue des Bruyères Rue des Chanoines Rue des Châtaigniers Rue des Coquelicots Rue des Cordeliers Rue des Cours Populaires Rue des Dominicains Rue des Eglantines Rue des Fondeurs Rue des Francs Rue des Jardins Rue des Joncs Rue des Jonquilles Rue des Larrons Rue des Lilas Rue des Malgre Nous Rue des Marguerites Rue des Marronniers Rue des Mures Rue des Pervenches Rue des Poilus Rue des Primevères Rue des Remparts Rue des Tanneurs Rue des Tonneliers Rue des Vergers Rue des Vignerons Rue du 17 Novembre Rue du 4 Fevrier Rue du 4e Rgt Spahis Marocain Rue du Ballon Rue du Bois Fleuri Chemin des Ecureuils Chemin du Château Chemin du Heissenstein Chemin du Kitterle Chemin du Liebenberg Chemin du Mannberg Chemin du Paradis Chemin du Peternit Chemin du Sable Chemin du Schimberg Chemin du Schimmelrain Chemin du Vallon Chemin du Vignoble Chemin Noir Rue du Burgstahl Rue du Canal Rue du Centre Rue du Général Burkhardt Rue du Général de Gaulle Rue du Général Gouraud Rue du Général Lebouc Rue du Hugstein Rue du Kreyenbach Rue du Lion Rue du Luspel Rue du Mal de Lattre de Tassigny Rue du Marechal Joffre Rue du Moulin Rue du Reservoir Rue du Rhin Rue du Rocher Rue du Saering Rue du Stade Rue du Sudel Rue du Trottberg Rue du Val des Nonnes Rue du Vieil Armand Rue Emile de Bary Rue Emile Keller Rue Emile Zola Rue Francois Stockhausen Rue Frederic Kreutzberger Rue Henri Valentin Rue Ignace Ritter Rue Jean Baptiste Weckerlin Rue Jean Jacques Bourcart Place de l’Hôtel de Ville Place de la Liberte Place de la Paix Place du Marche Place Lecoq Place Saint Leger Rue Jean Jaures Rue Jean Moulin Rue Jean Schlumberger Rue Joseph Marie Jacquard Rue Joseph Meister Rue Joseph Schmitt Rue Josue Heilmann Rue Jules Ferry Rue Jules Grosjean Rue Jules Siegfried Rue Lamartine Rue Louis Pasteur Rue Madame Adolphe Rue Marie Joseph Gilg Rue Paul Odent Rue Pierre Bucher Rue Raymond Poincare Rue Saint Antoine Rue Saint Leger Rue Saint Michel Rue Saint Quentin Rue Saint Valentin Rue Sambre Et Meuse Rue Theodore Deck Rue Theodore Wilt Rue Victor Hugo

À l’endroit, à l’envers...
Publié le 18 janvier 2012
- Dans la rubrique AU LIEU DE SE SOUVENIR
Regard Ateliers d’écriture Écriture Photographie Ville Paysage Enfance Itinéraire Alsace






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter