| Accueil
LIMINAIRE
À Louvre ouvert : 2e atelier d’écriture numérique


Le Palais du Louvre, Paris 1<sup class="typo_exposants">er</sup>

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de l’atelier annuel d’écriture numérique (À Louvre ouvert - le musée mis à nu par ses visiteurs, même), qui se déroule cette année encore au Louvre voici le travail mené avec les participants à la seconde des quatre séance d’écriture sur laquelle je leur ai proposé de travailler :

2<sup class="typo_exposants">e</sup> séance de l'atelier d'écriture au Louvre

 

 

 

 

 

 

 

 

S’inspirer d’une peinture et composer, comme traduit de sa propre émotion, un texte en regard, vers ou prose. Sur la page, le texte s’inscrit en filigrane. Découpes du vers ou de la séquence, syncopes dans le lacis des lignes, tirets pour unique ponctuation, espacements, tout concourt à une appréhension spatiale, assujettie à la vue. Le texte écrit répond à ce jeu de variations et d’échos, évitant soigneusement les références, évoquant d’une manière toute personnelle l’histoire de cette peinture. Un geste, un instant, un lieu.

L’acte du poème est un acte sensible, de connaissance et de reconnaissance du monde renouvelé. Il n’est pas, ne peut pas être, une seule capacité de fixation ou d’élucidation des choses.

Dessinateur devant les toiles du Musée du Louvre

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un poème en vers et/ou en prose sur le tableau choisi en tentant de nous expliquer ce qui vous attire, fascine, intrigue dans cette œuvre. Décrire plutôt le regard que l’on porte sur l’œuvre, le cheminement de notre compréhension sur ce que l’on voit, le sens de ce qui est peint, tout en s’appuyant sur une part de description.

1re étape du travail : se rendre sur place et aller voir l’œuvre choisie. 30mn (1h si l’on écrit directement sur place)

Visiteurs devant les toiles du Musée du Louvre

 

 

 

 

 

 

 

 

2e étape du travail : commencer par écrire un long texte où se mélange dans le désordre de leur venue, notes, approches, descriptions, détails, motifs, ce que l’on saisit de suite et dans le même temps ce que l’on ne comprend pas, dans une démarche de réflexion ouverte sur l’œuvre, dans le désordre des émotions et des pensées telles qu’elles arrivent en nous.

Claude Royet-Journoud : « J’écris d’abord de la prose très massive sans aucun intérêt littéraire. Ce n’est pas le poème mais le poème n’existe pas sans cela, mais le poème ne vient pas de la prose. Il y a une confusion qui fait du poème un emprunt à la prose. Or simplement, la prose n’est là que comme un travail sur le corps, un nettoyage ou une possibilité de voir. C’est ce qui permet de ne plus être aveugle : ce qui est la condition ordinaire. Pour sortir de cet aveuglement, il y a ce travail de prose. »

Dessinateurs devant les toiles du Musée du Louvre

 

 

 

 

 

 

 

3e étape : travailler ce texte pour supprimer ce qui est en trop. Ne pas écrire : c’est énigmatique, mais trouver les mots pour restituer cet énigmatique en poème, sans utiliser d’images ou de métaphores, rien de lyrique, juste avec les mots, travailler les silences, les mots dans l’espace, les respirations, les blancs du texte et ce que nous réservent et nous révèlent les mots.

Aérer le texte le plus possible, remplacer la ponctuation par le blanc de la page, le sens circule dans ces respirations

Dessinateur devant les toiles du Musée du Louvre

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’œil ne connaît pas

l’œil, il est

au centre et chaque chose devant lui

est juste et se confirme, l’œil

ne regarde pas, il sait

d’abord et comme il sait, il voit

il trébuche, tout

près,

sur l’invisible. »

Étranger devant la porte (I. Varitions), Claude Esteban, Farrago / Éditions Léo Scheer, 2001, p. 31

 

 

 

 

 

 

 

Écouter en ligne les textes des participants



Visiteurs du Louvre devant la toile de Léonard De Vinci : Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant jouant avec un agneau, dite La Sainte Anne

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jeu d’enfant

« Une œuvre d’art devrait toujours nous apprendre que nous n’avions pas vu ce que nous voyons »

Paul Valéry


devant la peinture rien d’elle

pour la comprendre le poème peut m’y aider ce que je crois comprendre suivre le voir

je m’en détourne, ce qui m’attire, note à la hâte, mon poème

Ses premiers mots balbutiements en désordre

Et tout d’abord la douceur des visages

La trajectoire des regards, le sourire, pieds nus sur la roche friable

montagne dans un bleu trouble, lointain

rien à voir avec celui des tuniques des manteaux

L’arbre isolé dans la chaleur insupportable du paysage italien

Similitude des visages familiarité des liens

Ne pas chercher le sens de ce qui est peint le peindre avec des mots

Le bleu de lapis-lazuli, le blanc de plomb, le brun des terres, le rouge de kermès, le vert de cuivre, le jaune de plomb et d’étain

geste affectueux protecteur vers l’enfant

Ne plus la retenir

contemplative, légèrement en retrait

Dans cette légèreté une forme de ponctuation

un temps

un regard

voir ce qu’on n’a jamais vu le jeu de transparence des étoffes, les plis infinis

des robes

parvenir à révéler ce qui s’y dissimule :

le temps

pieds nus, oubliées les sandales

paysage

en déséquilibre

la couleur du drap bleu disparu sous le rouge de la robe

levons le voile

une question pourquoi reste toujours la question même si ce n’est plus tout à fait la même au fil du temps du regard de ses changements

un jeu de lumière

La peinture transforme mon regard change sur elle sur moi ce qui m’entoure parfois troublé par le temps qui est ce que je ne peux pas

voir

devine


Ne pas donner sa langue au chant ?

dimension historique des rajouts qui transforme

hystérique le regard porté sur la peinture

ce qu’il reste de peinture et de bleu après effacement

rincé

montagnes d’un rêve lointain

perspective atmosphérique aux accents bleutés, cristallins

figures et paysage enveloppés d’un voile vaporeux, évanescent de bleuté

ce qu’on appelle l’oubli ?

Avant, ils étaient quasiment verts

Les mots guident nos pas pour mieux nous perdre, ne pas chercher les phrases comme les coups, les phrases c’est pour raconter des histoires, analyser ce que l’on voit, ce que l’on vit.

Lâcher prise

L’innocence sacrifiée

Le voir sans le savoir

L’enfant tient l’animal, empoigne d’une main son oreille droite, sa jambe glissant autour du licol l’attirant vers le sol de tout son poids, la pression de sa jeune main

Brebis patte pliée, recourbée, genou à terre, bête vaincue


Ressemblance troublante des deux femmes

de la même famille

La position inédite l’une sur l’autre, regard entre la mère et son enfant, la jeune femme assise sur les genoux de

sa mère

visage presque aussi jeune que celui de sa fille

Ne pas chercher un sens en dehors du tableau, raconter une histoire qui n’existe pas, inventée de toutes pièces, pièce rapportée comme un bout de tissus rapiécée à même la toile mensonge

vautour caché dans le drapé

d’une apparition fantomatique

délire d’une lecture éhontée

image-devinette inconsciente

d’un cauchemar enfantin ?

Mystère profond, l’écouter plutôt que le faire parler, s’en faire l’écho

là juste sous nos yeux ?

Sentiment d’étrangeté

vive les couleurs notamment le bleu du manteau dans ses plis

drapé confus, palimpseste

malaisé à saisir, le contour d’une forme

fantôme distante sourire discret main sur la hanche

lointaine présence émouvante dans l’ombre

en retrait

disparaître derrière

figure tutélaire au souvenir toujours présent

par-dessus son corps les plis de sa tunique

elle se penche

toute la lumière sur son visage sa nuque nue chair offerte rose

sa courbe douce maternelle

elle se penche

pour le retenir l’empêcher de tomber dans le gouffre surtout

passer de l’autre côté

les quitter nous apparaître

ce qu’il y a entre nous

Le propre du regard dans son envers

Les figures s’emboîtent les unes dans les autres

corps à corps avec la peinture

l’agneau

Incarnation du Christ

le précipite devant nous

tentant de retenir innocemment

cet enfant

vers sa perte

Quelle chute donner à un drapé ?

Le temps d’une forme, divin dessein

une vie

mélange des registres

L’humain et le divin

Le fini et l’inachevé

La peinture et le dessin, les esquisses, les essais, les répliques et les cartons pour le report sur la toile à venir

Petits trous qui révèlent en pointillé les contours des figures à dessiner : un jeu d’enfant

Pierre Ménard

Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant jouant avec un agneau, Léonard de Vinci, Le Louvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léonard De Vinci : Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant jouant avec un agneau, dite La Sainte Anne

Un acte sensible de connaissance du monde
Publié le 23 janvier 2014
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Lumière Regard Ateliers d’écriture Écriture Langage Photographie Lecture Poésie Corps Couleur Art Images Paris Visage Traces Peinture






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter