| Accueil
LIMINAIRE
Séance 214



Proposition d’écriture :

Choisir une œuvre artistique, peinture ou sculpture, que l’on décrit en utilisant un poste d’observation des regards, un point de vue mobile, télescopique, infiniment souple. Dans ce travail, en effet, c’est de votre œil – position, acuité, densité – que dépend sa capacité à changer son intimité en profondeur. Penser l’écriture dans une boucle complète, se voyant voir, s’écoutant écouter, mais par laquelle la technique finit par se jouer d’elle-même dans son vertige. Au bout d’un long temps d’exposition, l’intensité du regard qu’on porte sur l’œuvre choisie change en intimité sa profondeur. Le texte s’articule essentiellement autour d’un travail sur la phrase (rythme, syntaxe).

Mon Laurent, Sébastien Smirou, Editions P.O.L., 2003.

Présentation du texte :

Dans Mon Laurent, les textes sont composés comme des tableaux (le livre ne s’ouvre pas par hasard sur les Batailles de Paolo Uccello) : Sébastien Smirou fabrique des images à partir de phrases, un peu comme s’il s’agissait des légendes d’objets précieux présentés dans un musée. À ceci près qu’il ne s’agit pas d’images aveugles, mais de vignettes elles-mêmes dotées du pouvoir de regarder, et de regarder en premier lieu ce qui leur est donné à voir quand le livre s’ouvre, c’est-à-dire l’œil qui les regarde.

C’est la raison pour laquelle, un peu comme le vase de Rubin dans la théorie de la Gestalt, les poèmes sont composés selon plusieurs profils. L’auteur ne représente globalement qu’une scène dans chaque poème mais, pour faire le point sur cette image, grâce à tout un arsenal technique, plusieurs mirages surgissent, plusieurs ambiguïtés se rencontrent au fil de la lecture, qui font qu’un temps de décantation devient nécessaire à l’élaboration du résultat. Il ne s’agit pas d’une invitation pour le lecteur à se voir soi-même en s’élucidant, mais, comme l’explique l’auteur, « à reconstruire une sorte de tableau isomorphique au poème, pour jouir sans fin, avec lui, de l’échange des regards. » La quatrième de couverture du livre est à cet égard assez parlante.

Extrait :

« écartelé d’ondé d’azur & d’argent dans le premier quartier

d’ancres d’argent (argent bruni) dans le troisième (le deux

sautant) dans les livres fixant le motif du surcôt de nicollò

dans la guerre pour le dire je m’y tiens à vous de l’imaginer

ce détail-là ne tue pas sa lance bien davantage si je le loupe

c’est pour vous tendre l’image des yeux de mon laurent

lisant focalisant sur ses couleurs et vérifiant chaque matin

l’existence de sa propre vue dans la beauté du badigeon

au total trois deux plus un pas plus grands très tableaux

l’encadrent du pied à la tête aux murs dont les peupliers

peuplaient un méandre d’arno des plus doux que florence

pour la gloire (l’amour de la beauté de) le faste a couchés

il y aura des centaines de mémoire sur les doigts

dimanche lumières et couleurs de la bataille des tableaux

ont brillé à l’endroit je le crois dur comme le fer où le bois

de leurs panneaux justement a poussé toute sa jeunesse

il faut aimer si vous voulez comprendre chaque peuplier

dans une dimension hautement sentimentale (à l’horizon

de sa longueur) pour voir comme les feuilles du grenadier

des îles peintes tombantes y verdissent pourtant toujours

ne voulant pas les voir couché (une chose ne noircit pas

la nuit ne réfléchit pas) c’est à l’aube que laurent s’attache

à se remettre la main sur le coing des genoux dans le bain

de son histoire une façon de la toucher comme une autre »

Mon Laurent, Sébastien Smirou, Editions P.O.L., 2003.

Présentation de l’auteur :

Sébastien Smirou est né à Niort en 1972, et vit à Paris. Il a publié Simon aime Anna (rup&rud, 1998), Mon Laurent (P.O.L, 2003) et Ma girafe (Contrat maint, 2006). Il prépare actuellement son bestiaire. Il a également fondé et dirigé pendant sept ans rup&rud, une structure associative de micro-édition, publiant tour à tour des livres de Anne Parian, Anne Portugal, Caroline Dubois, Pierre Alferi, Peter Gizzi et Éric Houser. Pour différentes revues, il a par ailleurs traduit depuis l’Américain des textes de Kevin Davies, Peter Gizzi, Harryette Mullen, et Andrew Zawacki.

Liens :

Présentation de l’auteur sur le site de son éditeur P.O.L.

Fiche de présnetation Sébastien Smirou sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia

Le blog de Sébastien Smirou

Sébastien Smirou : Mon Laurent
Publié le 7 décembre 2007
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Regard Ateliers d’écriture Poésie Sens Art Travail Peinture






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter