| Accueil
LIMINAIRE
Séance 322


Proposition d’écriture :

La réalité ne cesse de se dérober derrière le mirage des reflets et des illusions, la facticité des représentations. Interroger cette singularité d’instants arrachés à la réalité, au rêve, au souvenir. Capter ainsi le réel par de multiples procédés : le recours au vocabulaire technique de la photo, du cinéma, la juxtaposition cinétique d’images cocasses. Et derrière toutes ces cristallisations poétiques de points de vue, ces captations d’images, ces conjugaisons de visible et d’invisible, d’odeurs et de sons, chercher le langage d’une délivrance, une esthétique de la fragmentation.

Photogénie des ombres peintes, Sandra Moussempès, Collection Poésie, Flammarion, 2009.



Présentation du texte :

« Une forme d’incantation post-moderne, fruit d’un "vertigo love", doublée d’une mise en perspective du réel et de son image. Un univers où tout est "question de perception" et de mémoire, de "corps de lumière" et de "petites déconstructions", d’images projetées et d’effets de spécularité, de décalage et de filigrane. Des poèmes qui souvent ont un ciel (en italique) et une terre (en romain), qui sont des radiographies de l’entre-deux (entre le père et sa fille, l’homme et la femme, l’ombre et la lumière, le rêve et la réalité...) ; des spectographies du désir ou de l’absence, des précipités de sensations ou encore des scènes où "officient à trois dans l’harmonie" les fantômes du rêve, du délire et du désir. »

Sandra Moussempès poursuit dans ce nouvel ouvrage la dissection de ses paysages intérieurs, sans se départir de cet humour un peu acide qui n’appartient qu’à elle. Son univers qui oscille entre la froideur du réel et l’inquiétante étrangeté du rêve capte aussi quelque chose de la vacuité ou de la désertion moderne, dessinant de page en page le portrait d’une femme en quête de sa vérité.

« Entre l’empreinte et la trace, le monde extérieur et son relief intérieur, écrit Angèle Paoli, se devine et se dessine la circularité enivrante de tout ce qui dans la sphère des images de l’amour reste toujours à apprendre. »

Extrait :

« remplis l’espace de mandibules

en réclamant le silence

ou bien contorsionne-toi essaie d’observer

cette composition de formes voilées : une substitution des profils

si anguleuse tient de thème

à défaire s’allonge près de lui

mais la chair les observe sans qu’il soit possible de les entendre

(ainsi grinchent les figures de l’ellipse)

le bruit dans l’espace clôt une discussion

qui s’envenime en augmentant de volume



nous fabriquons un dérivé

pour la baigneuse

va dépigmenter le reste de caddy

auprès de qui s’ajoute un sphinx - un long plan helvétique -

il ne faut pas scintiller en robe de bal

pour être « normale » avec un doigt sanguinolent,

ni fuir le brouillard dans un profond sommeil

tu promets (voix enregistrées)

de ne plus me quitter des yeux

je vois aussi un sablier pourfendu se remplir de raisons »

Auteur :

Sandra Moussempès est née en 1965 à Paris ou elle a vécu la plupart de son temps. Après avoir résidé à Londres, elle vit actuellement dans le Gard. Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis en 1996 puis lauréate de la Villa Kujoyama en 1999. Nombreuses parutions en revue (If, Action Poétique, Le nouveau recueil, La nouvelle revue française) ou sur les sites, The germ, Doublechange etc... et dans différentes anthologies de poésie contemporaine en France et à l’étranger dont : 49 poètes, un collectif, Flammarion, 2004, 29 femmes, une anthologie, Stock, 1995, Une anthologie immédiate, Fourbis, 1995. Parallèlement à son travail d’écriture, elle pratique le chant (improvisation et musique électronique) et réalise des pièces vocales. Livres publiés : Exercices d’incendie, Editions Fourbis, 1994. Hors Champs, Editions C.R.L Franche-comté, 2001. Vestiges de fillette, Collection Poésie/Editions Flammarion, 1997. Captures, Collection Poésie/Editions Flammarion, 2004. Le seul jardin japonais à portée de vue, Éditions de l’Attente, 2005. Biographie des idylles, Editions de l’Attente, 2008. Photogénie des ombres peintes, Flammarion, coll. Poésie, 2009.

Liens :

Le blog de Sandra Moussempès

Un article d’Angèle Paoli sur son site « Terres de femmes »

Un essai sur la visibilité (ce qu’écrire ne dit pas), extrait du texte de Sandra Moussempès sur Poezibao

Biographie de Sandra Moussempès et lecture d’un extrait sur le site de la Maison de la Poésie de Nantes

Article de Xavier Person du Matricule des Anges sur Vestiges de fillettes de Sandra Moussempès

Sandra Moussempès : Photogénie des ombres peintes
Publié le 4 janvier 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Mémoire Regard Ateliers d’écriture Palimpseste Photographie Sons Poésie Rêve Fragment Cinéma






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter