| Accueil
LIMINAIRE
Séance 364


Proposition d’écriture :

Travailler à l’élaboration d’une phrase unique, sans point, c’est-à-dire d’une forme logique syntaxique qui permette d’abolir le point. Une telle écriture implique un bouleversement radical de toutes les articulations logiques de la syntaxe ordinaire. Il ne s’agit donc pas de supprimer arbitrairement le point et de conserver par ailleurs l’ordre des propositions indépendantes en les juxtaposant, mais de tirer toutes les conséquences de cette suppression et d’élaborer une logique nouvelle permettant de disloquer toutes les structures de la phrase ordinaire, et d’utiliser la langue telle qu’elle nous parle intérieurement.

d’inflexion, pénétrant, Roger Lewinter, Éditions Ivréa, 2010.

Présentation du texte :

Roger Lewinter, donne au lecteur quatre exercices de lecture : Malherbe, Rimbaud, Baudelaire et Mallarmé. L’ouvrage d’une vingtaine de pages exige une lecture soutenue, rythmée par les tirets cadratins piqués dans les pelotes de mots.

« La suppression du point suppose également l’abandon de la forme linéaire et progressive du récit pour une forme verticale où plusieurs voix se superposent et se coupent par un jeu d’incises extrêmement rigoureux. Cette écriture à voix multiples, au sens polyphonique, peut être lue, à chacune de ses séquences, de vingt ou trente manières différentes, toutes étant justes et consciemment proposées au lecteur. »

« Le travail de Roger Lewinter est essentiellement un travail de réflexion sur le sens, sur les unités de sens et les problèmes logiques posés par leur agencement dans la phrase : chaque mot, chaque sens conduisant à une remise en cause du texte dans son ensemble. Cette phrase, qui peut être comparée à un cachemire aux entrelacs infinis, tissé d’une pièce et d’un seul fil, soulève, au delà de simples difficultés syntaxiques, des problèmes logiques de méditation qu’aucune écriture n’avait jusqu’à présent abordés. »

Extrait :

prosodiquement, de chœur, pourtant, dans la hiérarchie céleste, non pas —tels les Trônes— supérieur, mais —alors —sans doute—, notoirement encore— intermédiaire, à la rime, d’accentuation —normalement, de fin —ou de suspension— d’unité de sens—, fixe, déjà, leur dernière syllabe, par le second accent mobile —nécessairement —ainsi—, contre-accent, défini—, sur leur première syllabe, Trônes comme Vertus, les Dominations, illustrées, primant ; ou dans —les Fleurs du Mal—, par ex., "Delphine et Hippolyte", au —de nouveau— quatrième alexandrin de —cette fois— la quatorzième strophe :

Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pensée !

Toi que j’aime à jamais, ma sœur d’élection,

Quand même tu serais une embûche dressée

Et le commencement de ma perdition !

d’inflexion, pénétrant, Roger Lewinter, Éditions Ivréa, 2010.

Auteur :

Roger Lewinter est un écrivain, poète, metteur en scène et traducteur français, né à Montauban (Tarn-et-Garonne) en 1941. Il vit en Suisse, à Genève. Il est conseiller éditorial des éditions Ivrea, anciennement Champ Libre. Il a mis en scène en 2005 la pièce La Mort de Pompée de Pierre Corneille dont il a, en 2010, proposé une version prosodiée pour la première fois. Le but de cette version prosodiée, qui s’appuie sur les représentations données au Théâtre de l’Usine à Genève, est de faire entendre la forme de l’alexandrin pour en dévoiler le sens et pénétrer l’univers de Corneille.

Liens :

Roger Lewinter sur le site des éditions Héros-limite

Deux vidéos de Roger Lewinter au CNS de Lyon

La nostalgie comme écriture, dans Lettre(s) de la magdelaine

Fiche de Roger Lewinter sur le site du Centre International de Poésie à Marseille

Bibliographie sur le site de l’encyclopédie en ligne Wikipédia

Roger Lewinter : d’inflexion, pénétrant,
Publié le 23 octobre 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Écriture Langage Palimpseste Lecture Citation Livre






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter