| Accueil
LIMINAIRE
Séance 315

Proposition d’écriture :

Le temps d’un déplacement à grande vitesse dans l’espace réduit du train qui exacerbe les présences des voisins, écrire de brefs textes, des proses de TGV, en écoutant, en notant ce que font, ce que disent, les protagonistes de ces trajets, tous ces minuscules drames qui nous donnent le sentiment de voyager.

Ce monde en train, Pierre Vinclair, La part commune, 2009.

Présentation du texte :

Pour aller à son travail, pendant un an, Pierre Vinclair a pris le TGV du Mans jusqu’à Rennes, puis le bus 13. Un an de trajets quotidiens pendant lesquels il écrit de brefs textes qu’il appelle ses proses du TGV avant de les publier dans un livre Ce monde en train qui a été publié en 2009. "De chez moi au travail et retour, tous les matins pendant une année scolaire, le TGV m’avale et m’entraîne glisser sur ses rails. Ainsi Pierre Vinclair décrit-il son travail d’une année.

"À mesure que j’essaie de les nier, de faire comme s’ils n’existaient pas, en dormant ou en lisant par exemple, ces voyages m’épuisent ; jusqu’au jour où j’envisage la stratégie inverse, et commence à les décrire. En considérant chaque trajet comme la scène d’un minuscule drame dont les protagonistes sont tantôt héroïques et tantôt ridicules, en écoutant, en notant ce que font, ce que disent ces héros solitaires, j’ai le sentiment de voyager, enfin, avec eux."

Extrait :

Le berger

Les yeux clos (ou à peine ouverts) sur un magazine de publicité dont ils apprennent les mots croisés, ou encore : endormis sur un ordinateur où défilent sans que j’y entende rien, répondant à leurs silencieuses cliques, chiffres et onglets, les travailleurs en costume dépensent comme ils le peuvent l’heure de Train à Grande Vitesse qui leur – qui nous – est impartie. Peut-être suis-je un des seuls en ce wagon à ne pas me divertir, dans le rêve ou le feuilleté d’un livre, de ce voyage ; (je veux dire) à l’habiter, d’une paire d’yeux même ralentie par la colle du sommeil ; à creuser, de la pointe du stylo bic dans son ventre, un territoire, un cancer de phrases : aujourd’hui je décide de descendre dans les mots.

Je suis le Gardien du Troupeau, veillant comme un berger sur ces corps pliés dans leur costume, la mémoire de ce déplacement, ordinaire ou banal, que tous auront pourtant tout fait pour oublier : je noterai leurs gestes, les phrases écloses à la va-vite dans les couloirs de leur bouche pâteuse, je suivrai leur regard, vide lorsqu’il s’échouera sur la bande, accélérée, du paysage, où le réel s’acquitte de la continuité que la quiétude du réveil exige de lui, oui ! Mais déjà les champs se dérobent pour les zones industrielles, et les fermes, pour les immeubles : on arrive. Je range, pris de cours, mon stylo, et saute dans le bus n° 131.

Présentation de l’auteur :

Pierre Vinclair est né en 1982 à Aurillac. Normalien, agrégé de philosophie, il a soutenu à l’E.H.E.S.S. un M2 sur la linguistique de Mallarmé, en même temps qu’il écrivait son premier roman, L’armée des chenilles (Gallimard, 2007). Il a également publié un recueil de proses sur ses aller-retours au lycée, où il enseigne la philosophie, Ce monde en train (La part commune, 2009). Il s’intéresse par ailleurs aux formes « archaïques » d’écriture, mêlant le chant à la narration, ancrées dans le social et le religieux : Barbares (Flammarion, 2009) est un triptyque composé d’une épopée, d’une tragédie et d’un cantique.

Liens :

Le site de Pierre Vainclair

Vertus de l’écriture in situ un article de Martine Sonnet

Site de l’éditeur du livre de Pierre Vinclair La Part Commune

Un texte sur le thème poésie et photographie, paru chez Libr.critique

Anthologie permanente sur Poezibao à partir de Barbares de Pierre Vinclair

Un entretien avec Pierre Vinclair, à propos de Barbares

Pierre Vinclair : Ce monde en train
Publié le 13 novembre 2009
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Regard Ateliers d’écriture Fenêtre Dérive Voyage






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter