| Accueil
LIMINAIRE
Séance 285

Proposition d’écriture :

Considérant les mots et le monde d’un autre œil, dépayser le langage en retournant comme des gants les vérités premières, les expressions toutes faites, bref tout ce que l’on nomme le sens commun, à travers aphorismes, choses vues, bestiaire, jeux de mots, flèches qui vibrent, raccourcis fulgurants saisis au vol dans un calembour, étonnements et courroux, sottisier et fragments d’art poétique, où l’ironie fait jeu égal avec le sens du merveilleux.

L’immaculée déception : aphorismes, Pierre Peuchmaurd, Éditions Atelier de l’agneau, 2002.

Présentation du texte :

« La mort est un insecte doré qu’on tient entre le pouce et l’infini », écrivait Pierre Peuchmaurd dans l’un de ses nombreux aphorismes qu’il appelait « des fatigues. »

« La poésie ou plutôt le poème ne doit rien au rêve. Ce qu’expliquait Pierre Peuchmaurd dans un entretien paru dans "Le Matricule des anges". À la rêverie, peut-être, et alors à la divagation, si vous voulez. En vérité, je ne crois pas qu’elle se fasse ailleurs que sur les lèvres, dans la voix, au hasard de sa venue qui, chez moi, se produit presque toujours en marchant et à l’aperçu, à l’entrevu de quelque chose. … ? Il y a un autre monde, vous savez : il est ici et ne demande qu’à apparaître. Qu’on appelle cela “surréalité” ou “plus de conscience”, c’est toujours de l’immanence cachée, mais clignotante, scintillante, qui fait signe et qui se dévoile quand elle veut et… quand vous pouvez. … ? Le poème, chez moi, est presque toujours le produit, l’accompagnement et comme la traduction simultanée d’une espèce d’apparition. Presque toujours aussi, ce phénomène est bref, et je ne vois pas pourquoi le poème devrait se prolonger au risque de le diluer, de l’épuiser. Il doit laisser une vibration dans l’air. Il doit blesser aussi, ouvrir la terre mais comme une épine, pas comme un tracteur. »

Extrait :

« Expurger sa peine.

J’ai perdu la trace de l’avenir.

Madeleine porte des lilas.

Pourquoi dit-on embrasser quand il faudrait dire emboucher ?

On ne fait bien que ce qu’on fait vite.

Lentement, le temps a fait bouger le socle des raisons.

Pourquoi ma poésie est-elle un bestiaire ?

Parce que nous vivons le temps des bêtisiers et de l’équarrissage pour tous.

L’homme est un animal qui roule sur les autres »

Présentation de l’auteur :

Pierre Peuchmaurd est né à Paris en 1948 et il est mort le 12 avril 2009. De 1972 à 1976, il est membre du collectif des éditions surréalistes Maintenant, où il publie ses premiers poèmes (L’Embellie roturière, 1972). Dès lors, il fait paraître de nombreuses publications en revues et en volumes. En 1976, il s’installe en Corrèze, où il anime les éditions et la revue Toril. En 1990, il fonde les éditions Myrddin (une quarantaine de titres à ce jour). De 1994 à 1998, il est l’un des « instigateurs » de la revue Le Cerceau. Parmi ses derniers livres publiés ou à paraître : Le Tigre et la chose signifiée (L’Escampette, Chauvigny, 2006). Le moineau par les cornes (Fatigues III) – illustré par Jean Terrossian (Pierre Mainard, Nérac, 2007). Scintillants squelettes de rosée – couverture illustrée par Antoine Peuchmaurd (Simili Sky, Saint-Ouen, 2007). Parfaits dommages et autres achèvements – avec dix photographies de Nicole Espagnol (L’Oie de Cravan, Montréal, 2007). La Nature chez elle – sur des images de Jean-Pierre Paraggio (Collection de l’Umbo, Annemasse, 2008). Le Pied à l’encrier (Les Loups sont fâchés, Paris, 2009). Le Papier (Le Cadran ligné, Saint-Clément, 2009). Histoire du Moyen-âge – illustré par Georges-Henri Morin (Les éditions de surcroît, Lyon, 2009).

Liens :

Présentation de Pierre Peuchmaurd par Jacques Josse sur le site de Remue.net

Le Corps poétique « entre énigme et génération » : un article sur le site Prétexte

Un article paru dans Le Matricule des Anges

Critique du livre L’immaculée conception sur le site de Locus Solus

Entretien avec Pierre Peuchmaurd sur le site de la revue Le Matricule des Anges

Annonce du décès de Pierre Peuchmaurd sur Poezibao

Pierre Peuchmaurd : L’immaculée déception : aphorismes
Publié le 17 avril 2009
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Poésie Monde Fragment






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter