| Accueil
LIMINAIRE
Séance 286


Proposition d’écriture :

La biographie est ou une science, ou un art, ou une manière d’aborder les grandes questions. Résumer les derniers moments de deux personnalités, artiste, scientifique ou politique et en chercher le sens. Faire le bilan de ses vies qu’on aborde par le regard d’un tiers, dans deux monologues qui se répondent en écho puissant et imagé, et poser en somme les mêmes questions du sens de la vie, du sens de l’œuvre, qu’elle soit artistique ou scientifique. En abordant la création au présent, nourrie par la mémoire du passé, raconter avec allant et sans concessions, mais non sans ironie, comment ce qui est provisoire dure alors même qu’on le croit disparu, et comment disparaissent sans les mots ceux qui ont le tort de ne croire qu’au pouvoir pour contrer l’éphémère.

L’artiste, la servante et le savant, Patrick Roegiers, Éditions du Seuil, Collection Fiction & Cie, 1997.

Présentation du texte :

C’est un très petit livre, à peine deux textes qui forment un diptyque de prose élégante et d’évocation historique fortement documentée sur deux figures emblématiques de la Renaissance : Dürer et Vésale, l’artiste et le savant, quasi contemporains. Dans un premier monologue, à l’occasion de la mort d’Albrecht Dürer, dont la dépouille est veillée par sa servante, ce qui explique le titre, en ce 6 avril 1528, l’auteur résume la vie de l’artiste et en cherche le sens. Dans un second monologue, en ce 15 octobre 1564, au moment de mourir, André Vésale fait le bilan de sa vie, et pose en somme les mêmes questions du sens de la vie, du sens de l’œuvre, qu’elle soit artistique ou scientifique.

« Il y a, au moins, deux sortes de biographies. Celles des savants, de l’historien qui retrace, le plus exactement possible, ce que fut la vie de Platon, de Néron, de Charles de Gaulle, ou d’André Vésale. Puis, il y a celles des penseurs, hommes de lettres ou philosophes (où se trouve la frontière ?), qui méditent sur la vie d’autrui, qui prennent la vie d’autrui comme prétexte d’un texte, littéraire (la vie romancée de...), moralisateur (la vie édifiante de...) ou philosophique. »

Extrait :

« Quelle ironie tout de même qu’un être de cette trempe, un des plus éminents artistes de son temps, passe sa vie à trépas et que ne subsiste à ses côtés pour le veiller, seule, sans quelqu’un à qui parler, que moi qu’il n’a point peinte, et qui ne m’en suis jamais plainte. Personne ne m’est plus cher que lui. Nul ne lui est lié par des rapports aussi étroits que moi. Si Dieu m’octroie sa grâce, je siégerai à ses côtés tant qu’il me reste un peu de temps pour pleurer. Le cours d’une vie peut s’accomplir en vain car tout peut être perdu ou sauvé par la mort. Il n’est pas possible à qui vit pieusement de mal quitter ce monde cr Dieu est plein de miséricorde, mais il ne lui a pas con fié d’avoir une douce fin. »

Présentation de l’auteur :

Écrivain belge, Patrick Roegiers est né en 1947 à Bruxelles et s’oriente tôt vers le théâtre. D’abord comédien, il devient metteur en scène, auteur dramatique et directeur de théâtre. Il part s’installer à Paris, où il travaille comme chroniqueur photo pour le quotidien Le Monde, tout en se consacrant à l’écriture. il a été le commissaire de l’exposition Magritte et la photographie au Palais des beaux-arts de Bruxelles en 2005 et à Paris en 2006. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont une quinzaine sur la photographie consacrés à Lewis Carroll, Diane Arbus, Bill Brandt, Robert Doisneau, Herb Ritts ou à son ami Roland Topor, Magritte et Picasso. , et une dizaine de romans. Il a notamment publié aux éditions du Seuil, dans la collection Fiction & Cie : Beau regard, L’horloge universelle, Hémisphère Nord, L’oculiste noyé, Le mal du pays, L’artiste, la servante et le savant, La Géométrie des sentiments, mais également Le roman d’un pays, publié chez Gallimard en 2005 et La spectaculaire histoire des rois des Belges, publié chez Perrin en 2007.

Liens :

Biobibliographie de l’auteur sur le blog Bon à tirer

Un article sur Le Cousin de Fragonard de Patrick Roegiers paru dans Le Matricule des Anges

Un article paru dans Le Matricule des Anges

Interview de Patrick Roegiers parlant de la photographie

Patrick Roegiers : L’artiste, la servante et le savant
Publié le 24 avril 2009
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Mémoire Ateliers d’écriture Biographie Écho Sens






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter