| Accueil
LIMINAIRE
Séance 5


Proposition d’écriture :

Jeter un regard neuf sur la manière de raconter sa vie. Évoquer par exemple son enfance (les tous débuts de sa vie, ce dont on se souvient par le biais de ce que l’on nous en a dit plutôt que ce dont on se souvient vraiment, le plus lointain de ses souvenirs) avec la distance ironique que permet l’usage appuyé de la troisième personne du singulier et en forçant le trait dans la description (à la limite de la caricature ou du grotesque).

Début, Nathalie Quintane, P.O.L., 1999.

Présentation du texte :

Dans son livre "Début" publié chez P.O.L. en 1999, on retrouve l’esprit décalé de Nathalie Quintane. "Début" est en quelque sorte l’autobiographie de son enfance vue à distance.

Il y a quelques temps Christophe Fiat, parlait dans la revue Niocques de poésie vue du ciel. Dans le cas de Nathalie Quintane et de son livre Début il s’agirait plutôt d’une autobiographie vue d’avion avec quelques piqués pour reprendre l’expression de l’auteur.

Par des points de vue changeant sans cesse, jeux sur les formes et les styles, passant de l’anecdotique au capital, elle parvient à cerner un temps de son existence, un pan de sa vie, sans jamais sombrer dans un regard satisfait de soi, une approche complaisante. Elle permet de poser ainsi, l’air de rien, sans y toucher (par petites touches pourtant), un regard neuf sur une manière de "raconter sa vie".

Extrait :

« Il est né avec une ouverture dans la joue. Quand il mange, il a toujours deux possibilités, mais la cuillère n’hésite pas, elle s’introduit de préférence par l’ouverture supplémentaire, qui, proche de la gorge, dirige plus vite les aliments mâchés vers le bas.

L’ouverture n’a pas de muscle, il faut du doigt soulever la peau tandis que l’autre main avance la cuillère ; une fois la quantité versée, le doigt se relâche et la peau reprend sa place.

Cependant, l’ouverture est suffisamment large pour que la nourriture tout aussitôt ressorte ; il faut donc incliner la tête du côté contraire où entre la cuillère et d’un coup bref, comme on avale un comprimé, envoyer les morceaux.

Il se garde, chaque fois qu’il incline la tête, de trop se pencher en avant, car les aliments tomberaient par la bouche. Quand il ne connaissait pas encore la position au-delà de laquelle les morceaux mâchés venaient cogner contre les dents et ouvrir les lèvres, sa main les rattrapait dans leur chute et les remettait illico dans la fente.

A présent, sa bouche est à peu près inutile, concernant l’alimentation. Elle se contente de parler, pendant que l’autre mange. »

Début, Nathalie Quintane, P.O.L., 1999, p.13.

Auteur :

Je m’appelle Nathalie Quintane / Hello my name is Na-tha-lie-quin-ta-ne / je suis née le 8-3-64 / I was born in 1964 in Paris, France / j’habite à Digne-les-Bains / I live in the south near the Côte d’Azur / j’écris souvent des phrases simples / my style is simple, but sometimes complicated / j’ai publié mes premiers textes dans des revues / I published my poems in avant-gardists, or less avant-gardists, reviews / je fais des lectures à voix haute dans des bibliothèques ou des salles publiques / I can read on my lips or in my head if you want.

Liens :

Un texte de Nathalie Quintane sur le site de poésie comparée ’’Sitaudis’’

Présentation de l’auteur sur le site de son éditeur

Une page consacrée à Nathalie Quintane sur remue.net de François Bon

Biobibliographie de Nathalie Quintane sur l’encyclopédie Wikipédia

Nathalie Quintane : Début
Publié le 30 janvier 2004
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Mémoire Ateliers d’écriture Biographie Enfance Fragment Portrait Rire Jeu






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter