| Accueil
LIMINAIRE
Séance 199



Proposition d’écriture :

La description d’une île fragmentée en très courts poèmes sur ses lieux les plus attachants (ses rues, son port, son église, ses falaises, ses plages, son phare), et les menus événements qui émaillent son quotidien (le départ d’un bateau en mer, l’odeur de café au bar des pêcheurs, une fille au vent du large), les animaux qu’on y rencontre (poissons, goélands, mouettes, crabe...), dans une recherche constante de la précision, de la beauté et de sa vision du monde, avec une attention toute particulière aux paysages, à la nature et à l’histoire des hommes.

Songes et grains d’îles, Michel Cosem, Océanes, 1998.

Présentation du texte :

Les poèmes de ce recueil ont été écrits par Michel Cosem lors de différents voyages à l’île de Ré, à Belle Ile en Mer et à Oléron.

Michel Cosem affirme volontiers qu’il place la poésie au cœur même de son écriture – une recherche constante de la précision et de la beauté – et de sa vision du monde – une attention aux paysages, à la nature et à l’histoire des hommes. Amateur de voyages, proches ou lointains, il aime depuis quelques années publier ses carnets poétiques.

Michel Cosem aime parler de la nature, du légendaire, du mythe qui se rejoignent dans une sorte d’écriture de l’imaginaire, fondée aussi sur une expérience du réel et un regard concret sur le monde. Certains recueils sont des carnets de voyages, fruit de rencontres fortuites avec d’autres univers (Espagne, Mexique, Afrique, Grèce). Dans ses romans on retrouve la même exigence d’écriture qu’en poésie, la recherche de situations qui éclairent notre en profondeur les secrets et les moteurs de notre existence.

Extrait :

« MOUILLE-BARBE

Le soleil revenu fait luire la route bleue et le marais

Les bouquets d’ajoncs sont aussi grands que le clocher d’Ars

et dans les plumes séchées

siffle une chanson de sel.


SAUZON

Dans la lumière blanche et bleue

dans la rivière pleine

falaise de genêts

ombre des poélands

et ce phare sans cesse qui parle

aux barques bleues accrochées

au large

aux maisons au toit penché

comme un miroir aux oiseaux.

CHENAL DE LA PERROTINE

matin de gel

flocons sur les toits de tôle

pas un seul oiseau dans les arbres nus

pas la moindre ride sur l’eau plombée

couleur d’alcool ancien »

Songes et grains d’îles, Michel Cosem, Océanes, 1998.

Présentation de l’auteur :

Michel Cosem est né en 1939, à Toulouse où il a fondé en 1960 la revue Encres Vives. Etudes de lettres et de Sciences Politiques à Toulouse en 1960. Depuis il n’a jamais cessé d’écrire ; des romans, des livres pour la jeunesse et des recueils de poèmes. Prix Artaud et Prix Malrieu pour la poésie. 1965 : Explication de l’éternité (Rougerie,1991), Images au coeur roux (L’Amourier, 1997), La poésie, ce roman (Lanore, 2002), Soleil aztèque (De Surtis, 2002), Le chant du rossignol (Encres Vives, 2004), Voyages d’hirondelles (Pluie d’étoiles, 2004), Arbres de plein vent (Éditions du Rocher, 2004), L’ombre de l’oiseau de proie (L’Amourier, 2005).

Liens :

Poème de Michel Cosem publié par la revue Temporel

Page sur la revue « Encres vives » dirigée par Michel Cosem

Fiche de Michel Cosem sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia

Michel Cosem : Songes et grains d’îles
Publié le 24 août 2007
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Regard Ateliers d’écriture Poésie Paysage Monde Fragment






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter