| Accueil
LIMINAIRE
Séance 321


Proposition d’écriture :

Dresser le portrait d’une histoire d’amour qui s’ébauche délicatement et se dessine petit à petit. Pas de dialogues, mais un texte ramassé sur lui-même, dans lequel les mots se font écho et se répètent comme craignant de ne pas être bien saisi : repli des mots, solitude des êtres qui se rencontrent et s’apprennent, sans savoir dire les mots.

L’annonce, Marie-Hélène Lafon, Buchet Chastel, 2009.

Présentation du texte :

Paul a quarante-six ans. Paysan, à Fridières, Cantal.

Cinquante trois hectares, en pays perdu, au bout de rien.

Il n’a pas tout à fait choisi d’être là, mais sa vie s’est faite comme ça. Paul n’a qu’une rage : il ne veut pas finir seul, sans femme.

Annette a trente-sept ans. Elle est la mère d’Eric, bientôt onze ans. Elle n’a jamais eu de vrai métier. Elle vient du Nord, de Bailleul. Annette a aimé le père d’Eric, mais ça n’a servi à rien, ni à le sauver du vertige de l’alcool, ni à faire la vie meilleure. Alors elle décide d’échapper, de recommencer ailleurs, loin.

D’où l’annonce. Paul l’a passée. Annette y a répondu.

Sauf qu’il y a les autres. Le fils silencieux, et la mère d’Annette. Et les autres de Paul, ceux qui vivent avec lui à Fridières. Les oncles, propriétaires des terres. Et la sœur, Nicole, dix-huit mois de moins que Paul, qui n’a pas de mari pas d’enfant.

L’Annonce raconte cette histoire d’amour.

« Souple et poétique, musicale, écrit Angèle Paoli, la langue de L’Annonce est enlevée, colorée, grâce à l’intrusion de discours indirects libres qui mêlent les échanges de la conversation ordinaire, rythmée par des énumérations que la ponctuation ne vient pas interrompre. Énumérations ; ternaires, souvent ; enchâssées dans d’autres énumérations, ponctuées de virgules. « Les deux tilleuls dans la cour, l’érable au coin du jardin, le lilas sur le mur, tout bruissait frémissait ondulait ; c’était gonflé de lumière verte, luisant, vernissé, presque noir dans les coins d’ombre... » »

Extrait :

« Annette avait appris les bruits de la maison. Il y avait les bruits du dessous, les bruits de Nicole et des oncles, des sifflements dans la tuyauterie quand ils ouvraient ou fermaient un robinet, ou le chuintement têtu de la Cocotte-Minute ; la machine à laver ahanait, un salmigondis d’émissions de télévision montait du sol, faisant tapis ; on reconnaissait les indicatifs, on était en haut, sur la 2 ou la 3, quand on errait, en bas, de la 1 à la 6 en passant par TV5, ou une chaîne italienne, ou LCI, ou Eurosport, les oncles ayant cédé aux charmes insoupçonnés de la télécommande et zappant avec une férocité décuplée par l’installation de la parabole au grand dam de Nicole qui n’en pouvait mais, n’étant pas maîtresse du fatidique engin. De Nicole et des oncles, on devinait tout ; on finissait par savoir, même elle, Annette, l’étrangère, comment ils tenaient autour de la table sans Paul, avec, à la droite de Nicole, cette chaise vide qui ne serait pas repoussée contre le mur. La place du frère était là, restait là, marquée, comme en attente. »

Auteur :

Marie-Hélène Lafon est née à Aurillac, elle a vécu dix-huit ans dans le Cantal avant de faire des études de Lettres à Paris. Elle enseigne aujourd’hui dans la région parisienne. Elle commence à écrire en 1996. Elle est publiée, depuis ses débuts en écriture, chez Buchet/Chastel. Son précédent roman, Les Derniers Indiens, a été fortement remarqué par la presse et les libraires. Il paraît, en même temps que L’Annonce, chez Folio. Le soir du chien, roman, Buchet Chastel, 2001, en poche Points Seuil 2003. Liturgie, nouvelles, Buchet Chastel, 2002. Sur la photo, roman, Buchet Chastel, 2003, en poche Points Seuil 2005. Ma créature is wonderful, photographies de Bernard Molins, textes de Marie-Hélène Lafon, Filigranes, 2004. Mo, roman, Buchet Chastel, 2005. Cantal, photographies de Pierre Soissons, textes de Benoît Parret, Fabienne Faurie, Marie-Hélène Lafon, Quelque part sur terre, 2005. Organes, nouvelles, Buchet Chastel, 2006. La maison Santoire, nouvelle, Bleu Autour, 2007.

Liens :

Critique de l’ouvrage L’annonce sur le site Terres de femmes, la revue littéraire, artistique & cap-corsaire d’Angèle Paoli

Présentation de L’annonce sur le site Biblioblog

Lecture d’un extrait de son livre par l’auteur

Présentation de L’annonce sur le site de Cathulu

Article sur le livre dans la revue Encres Vagabondes

Lecture d’un extrait de l’annonce par son auteur sur le site de son éditeur

Marie-Hélène Lafon : L’annonce
Publié le 27 décembre 2009
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Silence Écho Hasard Amour






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter