| Accueil
LIMINAIRE
Séance 223



Proposition d’écriture :

Écrire de courts plans séquences qui s’enchaînent sans fondu au noir, la phrase trouvant ainsi sa vitesse et la fluidité de son défilement. Un Flip-Book sans images, ni dessins, ni photogrammes, juste des mots. Quelques lignes par films, avec leurs collures discrètes, qui résistent à la tension et au temps pour restituer ce que l’on pourrait définir comme une parole de cinéphile.



Flip-Book, Jérôme Game, Editions de l’Attente, 2008.

Présentation du texte :

Note de l’éditeur : Ainsi il s’agit de cinéma dans le livre. Le livre devient écran et ceci, comme le dit Jean-Luc Godard, parce que le cinéma projette, et parce que le cinéma consiste en une relation particulière du réel et de la fiction. Dans ce sens, Flip-Book est un livre e-motion dans sa durée juste. Les courts plans séquences s’enchaînent en belle page sans fondu au noir, la phrase trouve sa vitesse et son fluide défilement. Un Flip-Book sans images, ni dessins, ni photogrammes ? Oui, un Flip-Book avec des mots est une originalité. Nous reparlerons de ces lignes car les collures de Jérôme Game résisteront à la tension et au temps, feuilletées en temps réel et la lecture orale qu’en donne l’auteur confirme un process innovant : parole de cinéphile.

Le montage se veut radical, les plans verticaux se démultiplient tandis que les mots se bousculent, s’essoufflent, s’entrecoupent. Pourquoi associer poèmes et vidéo ? « Parce qu’un plan-séquence, un montage, un cadrage m’apprennent ce que c’est qu’une phrase » se demandait Jérôme Game dans un entretien. La richesse de la poésie contemporaine, c’est cette faculté à assimiler d’autres langages, pour créer une forme de pensée en mouvement. En allant du côté du cinéma, mais aussi du pictural. Car la poésie, « c’est visuel, c’est plastique », explique le poète.

Extraits :

« Le bouton en cuivre de la porte part en flou dans

l’appartement de Xavier, Catherine lisse les murs farinés

amande pâle, elle détache son visage fatigué son désir,

écrit avec son gros plume son carnet bourgeois bouge sa

lèvre inférieure, elle attend.

La tache rouge mouillée la Porsche lisse doucement

enchâssée au gris bitume, l’autostrada l’échangeur

anthracite se déploie. La caméra tilte d’un point à l’autre,

équilibre gentiment la balance elle écoute le moteur.

Elle va vite, elle s’arrache, elle est belle, son bruit le plan

reste vide quand elle est partie plein de l’échangeur vide

sans elle, elle est loin. Le goudron mazouteux anthracite

tient l’image, le ciel est bas. »

« Forest est lourd, il est léger. Rentre

dans le noir intact, glossé. Il glisse du

noir dans le noir brillant. Sa peau est

mate, son hood épais. Sa grosse

silhouette procède du noir, bouge,

lentement.

Il longe le mur sur le trottoir, vient se

servir, avise un parking protégé d’une

grille. Ghost Dog sort une pince de

son hood, fait sauter la chaîne, la

Mercedes la Lexus est là. Brille

silencieusement dans le noir. Il a un

beeper, l’épaisse portière se boucle

derrière lui son épaule. Son corps est

dedans, le cuir crisse, il allume le

coupé s’extrait du parking dans LA,

glisse, sans un bruit.

Tourne à gauche, tourne encore, à

droite, appuie le disc brillant tournoie

dans ses doigts, s’insère dans la fente,

le vert pâle des vitesses le rap emportent

Forest.

L’hélicoptère le suit, il tourne à droite,

appuie, il file, trace dans L.A. opaque son

ombre, rebondit, disparaît. »

Flip-Book, Jérôme Game, Editions de l’Attente, 2008.

Présentation de l’auteur :

Jérôme Game est écrivain. Né à Paris en 1971, il habite Paris après avoir vécu plusieurs années aux Etats-Unis et en Angleterre. Collaborations avec plasticiens (photographie et vidéo). Travail sonore. Nombreux enregistrements audio et vidéo, lectures publiques et parutions en revues en France et à l’étranger.

Enseigne la philosophie et l’histoire du cinéma à l’Université Américaine de Paris. Auteur d’études et de conférences sur ces sujets.

Membre du comité de rédaction des revues Action Poétique et Inventaire-Invention. Co-anime avec Eric Suchère et Cyrille Martinez les événements Single (lectures publiques, édition, expositions).

Liens :

Critique du livre par Nathalie Quintane sur le site de Sitaudis

Présentation de Jérôme Game sur le site du cipM

Texte de Jérôme Game en anglais

Deux enregistrements dans la collection de poésie sonore du site TAPIN

La poésie sans sa propre langue, de Jérôme Game, produit par David Christoffel

Performance de Jérôme Game pour Extensions

Jérôme Game : Flip-Book
Publié le 8 février 2008
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Lumière Temps Ateliers d’écriture Citation Fragment Cinéma Mouvement






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter