| Accueil
LIMINAIRE
Séance 352


Proposition d’écriture :

Faire parler une voix sans dire qui elle est, ni de qui elle nous parle (la langue peut-être ?), dans des petits textes comme autant de cailloux jetés sur la vitre aveugle des mots. Ce qui ne peut être dit, c’est tout l’effort de l’art, bien sûr, depuis les origines, de nous le suggérer. Jeu de cache-cache, métamorphoses continues, suspends réguliers qui laissent la phrase s’échouer tout au bord du silence. C’est le langage qui paradoxalement rend le monde illisible. Mots illusoires qui nous aveuglent en venant découper les choses. Les recouvrir également de ces voiles que le texte, par un travail contraire et réfléchi de langue, se donne comme tâche impossible de soulever jusqu’au dernier.

Précis d’indécision, Jean-Pierre Chevais, Atelier La Feugraie, 2007.

Présentation du texte :

« Cette suite de textes, écrit Georges Guillain, composée de petites proses allant de 3 à 10 lignes et divisée en cinq sections comme une tragédie, peut se lire comme un tableau de notre condition incertaine, un historique brouillé de la conscience sensible cheminant à travers les grandes ombres de la culture, les figures rencontrées de son espace social, les territoires fuyants aussi de son intimité. Biographique sans doute, comme l’indique non sans humour tel texte de la troisième partie ou telle référence à Mon cœur mis à nu, le propos de J.P. Chevais est cependant suffisamment décalé pour que chacun – je ne parle ici bien sûr que de ceux qui sont nés vraiment, et se sont inventés eux-mêmes – y retrouve une part de son vivre. Qui est d’abord de ne pas facilement se reconnaître. De se savoir habité par de l’autre. De douter de la coïncidence entre le monde et le langage. »

Extrait :

« On lui apprit l’usage de la parole il refusa d’avoir recours aux mots — le monde était en lui ils se parlaient tous deux sans cesse n’empêche aucun son n’en sortait — plus tard le monde l’abandonna ou le contraire — il se mit à écrire on se demande pour qui on n’y comprenait rien — de là à conclure que.

Il croit entendre l’appel d’un loriot gouiouic gouiouic se lève trop vite heurte du front dieu sait quoi — la chambre en grinçant lentement bascule oh à peine côté jardin puis côté cour s’immobilise un peu penchée — un dieu sait quoi a sans bruit dû se rompre ou tomber.

Elle dit tu ne sais pas aimer le prouve par a + b on baisse la tête — dieu sait qui en profite pour redescendre la barre du ciel juste au-dessus de la nuque.

Pendant ce temps — mais qu’a à faire ici le temps — pendant ce temps il s’arrête un instant de voler se retourne comprend que les débris qui traînent dans son sillage font partie de sa chair font partie de son sang il hésite — un deux puis trois hérons cendrés le dépassent il reprend sa chute.

Il aime dire tu — à lui seul c’est vrai le mot n’est pas beau il en ajoute à la suite quelques-uns là c’est bien — il aime dire tu — pour rien au monde il ne transigerait là-dessus — il aime dire tu à tout l’animé l’inanimé le vivant comme le trépassé question de proximité — s’adressant à lui-même il préfère il question d’identité — peu de chance ainsi de faire erreur sur le quidam.

Il sera toujours temps un jour la nuit tombée de laisser dériver une dernière fois la barque — il sera toujours temps de mettre à feu les herbes des deux rives comme on brûle des pages désormais inutiles — il sera toujours temps de décider quel nom on donnera à la barque une fois la dernière rive atteinte — le temps se chargera du reste. »

Précis d’indécision, Jean-Pierre Chevais, Atelier La Feugraie, 2007.

Auteur :

Jean-Pierre Chevais est né le 21 février 1943. Il a exercé, à Paris, le métier de professeur de Lettres en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, tout en gardant un lien étroit avec la région d’origine de sa famille maternelle, le Marquenterre ("la mer qui est en terre"), région littorale du Pas-de-Calais constituée de marais, qui a constamment marqué son écriture et où il séjourne maintenant une partie de l’année. Il a publié 5 recueils de poésie. Il codirige les éditions Rehauts (revue semestrielle, livres illustrés par des artistes, livres d’artiste à tirage limité) et l’Atelier La Feugraie (poésie contemporaine, française et étrangère). Il a publié de nombreux ouvrages : Elle aura ton visage, Atelier de la Feugraie, 1989. Le Livre des figures, Atelier de la Feugraie, 1989. Moments venus, Atelier de la Feugraie, 1989. Figures de la première humanité, Atelier de la Feugraie, 1993. Seuils, Folle Avoine, 1998. Précis d’indécision, Atelier La Feugraie, 2007.

Liens :

Article sur Jean-Pierre Chevais de Poezibao retransmis sur Paperblog

Bibliographie de l’auteur sur le Prix des découvreurs 2009

A propos de Rehauts, un entretien avec Hélène Durdilly

Portrait de Jean-Pierre Chevais

Jean-Pierre Chevais : Précis d’indécision
Publié le 30 juillet 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Récit Voix Parole Sens






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter