| Accueil
LIMINAIRE
Séance 325


Proposition d’écriture :

Composer des poèmes écrits aux ciseaux, en un langage éclaté ou sous une forme plus ample et plus interrogative. Une poésie de l’affirmation, de l’éloge parfois, un chant qui affirme la dimension héroïque du contemporain, qui conteste la rhétorique, mise d’abord en lambeaux, pour s’élever et imposer hors de toute convention. Écrire dans un forme à la fois hardie et maîtrisée, d’une vigueur sans pareille, véhémente, tendue mais non brisée par les ruptures multiples du vers. Une écriture étreinte toujours reprise. Un art poétique, plein de lyrisme, aboutissement d’un long chemin créatif.

Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Jean-Paul Michel, Flammarion, collection Poésie, 2006.

Présentation du texte :

Avec le recueil Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Jean-Paul Michel publie ses « poèmes rassemblés », qui permettent de mieux prendre la mesure de l’originalité et de la cohérence de son parcours. Ce premier volume couvre la période de 1976 à 96 et permet, en couvrant une durée assez longue, de saisir son évolution et sa cohérence interne. Les premiers textes relèvent d’une esthétique du fragment, expression d’une pensée critique. Sur la table rase ainsi préparée Jean-Paul Michel a su ensuite établir une poésie de l’affirmation, de l’éloge parfois, disant, selon les termes de Gérard Noiret « la dimension héroïque du contemporain. »

Extrait :

« Comment sauver poème qui ne sauve... »

Comment sauver poème qui ne sauve

ce qu’il aime (nomme)

le - très réellement - garde

sinon de tout oubli

puis qu’il n’est de beautés que promises

à perte - du moins

pur

de toute atteinte méprisable &

vers « la pointe la plus fine des temps »

porte

son simulacre scintillant ?

Serions-nous si vains que puissions

de quelque façon prendre

notre parti d’échouer

quand cette tâche - seule - peut valoir

que l’on trace, incise, grave

prie ?

D’avoir été seulement nommé

dans la juste cadence d’un vers

sacre

ce qui ne doit périr

Puissé-je assez loin nourrir non l’illusion mais

assez fort le goût de la bataille pour

à bras-le-corps saisir lutter prendre

donner forme réelle

ne manquer

à cette folie - seul devoir !

Sauf à la honte.



Marsala, 6 août 1994. »

Auteur :

Jean-Paul Michel est né en 1948 en Corrèze. Fondateur et directeur des éditions William Blake & Co. depuis 1976, il est aussi l’auteur d’une vingtaine de publications de 1975 à ce jour. Ses poèmes ont été rassemblés en deux volumes chez Flammarion : Le plus réel est ce hasard, et ce feuCérémonies et sacrifices 1 (1997 ; 2006) et Défends-toi, Beauté violente !Cérémonies et sacrifices 2 (2001). Parmi ses textes en prose : Difficile conquête du calme (Joseph K., 1996), Autour d’Eux, la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante (William Blake & Co., 1992) et Pour nous, la Loi (Sur Hölderlin), (William Blake & Co., 1999). Il collabore régulièrement à la Nrf.

Liens :

Le site de Jean-Paul Michel

Le site des éditions Williamn Blake & Cie

Bibliographie de Jean_paul Michel sur le site de Poezibao

Extrait du recueil de Jean-Paul Michel

Jean-Paul Michel : Le plus réel est ce hasard, et ce feu
Publié le 22 janvier 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Poésie Fragment






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter