| Accueil
LIMINAIRE
Séance 266



Proposition d’écriture :

Penser ce qui a été. Penser ce qui sera : le bloc du futur s’insinue déjà par les fissures de la personne que chaque instant défait. Et penser le présent — lequel n’existe pas. Aller vers l’opacité silencieuse du monde. Les choses nous portent et bouleversent ce bref instant que nous traversons. Recomposer tout ce qui vient séparer les mots de nos perceptions par des phrases-vagues qui déferlent sur les bords de la page ou de la vie.

Sentes dans le temps, Jean-Claude Schneider, Éditions Apogée, 2001.

Présentation du texte :

« Avec Sentes dans le temps, écrit Emmanuel Laugier dans le Matricule des Anges, le poète et traducteur Jean-Claude Schneider continue à creuser dans un vers presque baroque ce qui vient séparer les mots de nos perceptions. Ce qui, comme on dit couramment, laisse sans mot. Ce reste donc silencieux, sur lequel les mots ne collent pas, tout justes bons qu’ils sont à glisser sur le bord net des choses et à en ramener des petites bribes bien pauvres, Jean-Claude Schneider a tôt fait d’y desceller tout l’enjeu de la parole poétique. En trois parties, il sera question d’entendre « avec ton ouïe bourdonnante », de percevoir ne serait-ce qu’un « fragment de futur », puis de faire, telle une leçon d’adieu, ce « vieux geste, sans finir de la parole errante. »

Trois façons d’aller vers l’opacité silencieuse du monde, d’y répondre. Le poème, en des vers longs, rugueux, presque pâteux, renvoie l’expérience à toute son âpreté : « dehors où le jeune air haletant à hauteur/ de poitrine secoue l’évidence, dehors où ce qui pressait a fait/ socleb », dehors est une plaque qui barre et pourtant sert d’horizon au regard. L’éclatement du poème sur la page en est aussi la réponse, le champ libre où la tâche de l’écriture s’allège de sa difficulté et de son pathos, laissant venir à elle une respiration presque apaisée.

Tout le travail de poète de Jean-Claude Schneider oscille entre ces deux tensions. Il trouve même son équilibre en ajoutant des laisses presque abstraites, des élans de réflexions, comme frappées de mutismes, à des notations prises sur le vif du réel. Ainsi passe-t-on de jeunes filles entrevues à ce « pas même ça - mot, ce/ serait un pouvoir/ l’usage », auquel répondra, plus loin et presque clair ce : « Voir/ dans la lumière/ entre les choses, dans l’ombre, venir ce plein, ce blanc. » »

Extrait :

« rendre le regard

autre

comme ces figures

engluées à leur gangue d’huile et pigments :

de chair boue buée re-

corporées

au souffle à la salive qui obombrent les jours

rétine

ayant bu, buvant, boira - soif

d’un sans-fond

pour ça : la mixture reluquable

à revoir, donc, la savoir

apparaître puis, s’effaçant, se repaître

horizon qui selon la pente du jour

me parle et se tait :

les apparences

dont le nom

ne répète que le vide où s’est tenu

(mais cela me suffirait, cela

je ne m’en dégoûterais pas si étaient

redonnées ces poignées d’heures

à ma soif)

le bord tremblé de leur contenant »

Sentes dans le temps, Jean-Claude Schneider, Éditions Apogée, 2001, pp.11-12.

Présentation de l’auteur :

Jean-Claude Schneider est né en 1936. Germaniste, traducteur de poésie allemande et russe. Ancien secrétaire de rédaction de la revue Argile. Jean-Claude Schneider a collaboré à de nombreuses revues (Cahiers du Sud, Mercure de France, Nouvelle revue française, L’Ire des vents, Po&sie, Poésie Seghers, Recueil, Le Mâche-Lauriers, La Rivière échapée) et a réalisé de nombreuses traductions de l’allemand (Kleist, Hölderlin, Hofmannstahl, Trakl, Walser, etc.) et du russe (Mandelstam). Il a publié une quinzaine d’ouvrages de poésie, des textes sur la peinture et des essais sur la poésie.

Liens :

Article sur le livre de Jean-Claude Schneider paru dans le magazine Le Matricule des Anges

Présentation du livre et de son auteur sur le site de son éditeur Apogée

Biobibliographie de Jean-Claude Schneider sur le site de Poezibao

Eentretien avec Emmanuel Laugier sur le site du Matricule des Anges

Un article sur Leçons de lumière de Jean-Claude Schneider sur Poezibao

Jean-Claude Schneider : Sentes dans le temps
Publié le 5 décembre 2008
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Ateliers d’écriture Langage Silence Passage Brèves Sens






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter