| Accueil
LIMINAIRE
Séance 342


Proposition d’écriture :

Faire entendre la voix d’abord muette qui tente de prendre corps, de devenir matière sonore, matière de langue, donc matière d’écriture. Long et difficile travail de mise en forme de ces bribes confuses, en un travail de mise en mots, de mise en voix. Pour figer tant d’incises en mouvements : gesticulants tronçons, vers tranchés en poésie de reptation. La vie, l’écriture, deux voix. Deux courants, deux chemins qui se recoupent dans l’écriture fragmentaire et laisse apparaître chaque jour le bord du monde.

Courants, Jean-Claude Schneider, Atelier La Feugraie, 1997.

Présentation du texte :

C’est vrai qu’il y a toujours chez moi un mélange entre quelque chose d’abstrait et de corporel. Je ne sais pas ce qui justifie cet entremêlement, sinon que la recherche d’une tension à l’intérieur de la phrase m’a toujours obsédé, qu’elle passe peut-être par des mots très physiques, sensuels, pour rendre compte d’une expérience plus cérébrale. Comme le dit Jacques Dupin, il y a un « tirant d’obscurité du poème », et ce tirant rassemble des flux opposés ou contradictoires, forme une oscillation.

Extrait :

VOIX

ici, voix

sur la pente de son évanouissement ;

nue

s’amenuise

signant ses lèvres, avec constance

(sans elle,

restée matière, lisse alvéole de niobide -

yeux vides ? non,

qu’envahissent ombres foules),

presque

filet de voix

sans qui, plus rien

pour trouer ce plafond de nuées d’encre,

comme, pour (sur ta bouche)

lever le rideau d’irrespiration, rien

sans ce regard (d’elle,

un nom dessus ne dira pas, n’ajoutera pas),

voix

(de presque personne), plus

que lambeaux de sa voix - toi, il - des je

troués, mais fous

des modulations de toute matière pourvu que mortelle,

redisant leur dérive,

écoutant

écrivant, corde d’air avec les remous

de l’air

la vie, son vieux tartare, donc

voix cassée,

s’invente un lit dans l’abrupt du torrent vers

ce sans-visage, infini

de visages,

halète

avec le choeur d’insectes

sourdant du fin fond de l’horizon, qu’on dirait

vrombissement de silence,

enfle -

depuis

que le fond chemine,

son poumon, houle et raucité,

sous le fouet des jours creusant les couleurs

de terre

s’altère aussi (lit

pour ce vent) la scène du poème : s’espace,

drap déjà sans corps, mémoire encore à perdre,

tend vers le mur muet de l’air

que jamais ne pourra

comprendre.

Courants, Jean-Claude Schneider, Atelier La Feugraie, 1997, pp.25-28.

Auteur :

Né à Paris en 1936. Poète, traducteur de poésie allemande et russe. Parmi ses traductions de l’allemand, on peut citer Kleist, Hölderlin, Hofmannsthal, Trakl, Walser, etc.). Il a également traduit à partir du russe (Mandelstam). A été secrétaire de la revue Argile en compagnie de Claude Esteban. Il a publié une quinzaine d’ouvrages, recueils de poésie et textes sur la peinture contemporaine (Bazaine, Nicolas de Staël, Giacometti, Sima) et sur le désert. Parmi ses ouvrages : A travers la durée, Fata Morgana, 1975. Lamento, Flammarion, 1987. Là, respirant, sur le chemin qui nous reste, Atelier La Feugraie, 1987. Un jour, énervement, Atelier La Feugraie, 1989. Dans le désert, des voix, Séquences, 1993. Paroles sous l’océan, Atelier La Feugraie, 1993. Les chemins de la vue, Deyrolle, 1996. Courants, Atelier La Feugraie, 1997. Ce qui bruit d’entre les mots, La lettre volée, 1998. Eux, l’horizon, La lettre volée, 1998. Sentes dans le temps, Apogée, 2001. Entretien sur Celan, Apogée, 2002. Si je t’oublie, la terre, La Lettre volée, 2005. Leçons de lumière, Atelier de la Feugraie, 2006.

Liens :

Bibliographie sur le site de Poézibao

Atelier d’écriture sur Marelle d’après « Sentes dans le temps »

Leçons de lumière de Jean-Claude Schneider sur le site de Poézibao

Jean-Claude Schneider, vu par Jean-Pierre Chevais, co-directeur de l’Atelier La Feugraie sur le site Fragil.org

Interview de Jean-Claude Schneider paru dans le Matricule des Anges

Lecture de l’auteur sur l’audioblog La peau et les mots

Voyage critique et découverte dans l’oeuvre du poète Jean-Claude Schneider paru sur Publie.net

Jean-Claude Schneider : Courants
Publié le 21 mai 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Voix Parole Corps Fragment Travail Mouvement






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter