| Accueil
LIMINAIRE
Ateliers d’écriture à Sciences Po Paris #4



Une série de douze ateliers d’écriture durant le premier semestre 2011/2012 des étudiants en deuxième année de Sciences Po, ayant pour but de procéder à l’écriture collective d’un récit numérique géolocalisé à partir des images de Google Street View sur Google Documents et sur le blog Le tour du jour en 80 mondes.

Google Street View est un révélateur de notre expérience du monde et de notre rapport au temps et en particulier, de la paradoxale tension entre notre indiffère,ce quotidienne aux choses qui nous entoure et notre incessante recherche de connexion et d’interaction. C’est l’occasion de porter sur Google et le monde qu’il dessine, un nécessaire regard critique, une analyse de la représentation du monde que nous proposent Google Maps, Google earth et Google Street View.

 

 

 

 

 

 

 

Textes des participants 2013 :

La Tour Eiffel et La rue Volney

Description - Place du Général Beuret, Paris 15e et Souvenir - Square du Ranelagh, Paris 16e

Souvenir de la rue Mouffetard et Promenade dans la rue Mouffetard

Rue de Strasbourg, Saint-Denis et Boulevard de Charonne

Rue de la Tombe Issoire et Les Dalton

Rue Marcadet et Rue Crimée - Souvenir

Sacré-Cœur et Souvenir sur l’île Saint-Louis

Rue de la Montagne Sainte-Geneviève et Mon souvenir au bord du quai d’Orléans

Place Furstenberg et souvenir de l’hôpital

La rue des Dames

Rue du Dragon

Rue des Blancs-Manteaux

La boulangerie de la Grande Rue

Rue Poulet et G20


Textes des participants 2012 :

Un lieu en particulier...

Prises (de vue) de la Bastille

Montparnasse au quotidien

Au bord de l’Ourcq

L’Olympia : l’histoire d’un soir

Montparnasse, la tour, la gare

Le Jardin du Luxembourg

Gare de l’Est

Place du tertre à Montmartre

Là-bas...

Au coin d’un quai de Seine

Le Parc Monceau


Les lieux

En 1969, Georges Perec choisit une douzaine de lieux parisiens dont il projette de décrire, douze ans durant, le devenir :

« J’aimerais qu’il existe des lieux stables, immobiles, intangibles, intouchés et presque intouchables, immuables, enracinés ; des lieux qui seraient des références, des points de départ des sources :

Mon pays natal, le berceau de ma famille, la maison où je serais né, l’arbre que j’aurais vu grandir (que mon père aurait planté le jour de ma naissance) le grenier de mon enfance empli de souvenirs intacts...

De tels lieux n’existent pas, et c’est parce qu’ils n’existent pas que l’espace devient question, cesse d’être évidence, cesse d’être incorporé, cesse d’être approprié. L’espace est un doute : il me faut sans cesse le marquer, le désigner, il n’est jamais à moi, il ne m’est jamais donné, il faut que j’en fasse la conquête. »

Espèces d’espaces, Galilée, 1974.

L’ensemble des Lieux est incomplet, on dispose aujourd’hui de 133 enveloppes à la place des 288 que prévoyait Georges Perec, dans le programme exposé en 1969.

 

 

 

 

 

 

 

Présentation du projet :

Notes sur un travail en cours

« En 1969, j’ai choisi, dans Paris, 12 lieux (des rues, des places, des carrefours, un passage), ou bien dans lesquels j’avais vécu, ou bien auxquels me rattachaient des souvenirs particuliers.

J’ai entrepris de faire, chaque mois, la description de deux de ces lieux. L’une de ces descriptions se fait sur le lieu même et se veut la plus neutre possible : assis dans un café, ou marchant dans la rue, un carnet et un stylo à la main, je m’efforce de décrire les maisons, les magasins, les gens que je rencontre, les affiches, et, d’une manière générale, tous les détails qui attirent mon regard. L’autre description se fait dans un endroit différent du lieu : je m’efforce alors de décrire le lieu de mémoire, et d’évoquer à son propos tous les souvenirs qui me viennent, soit des événements qui s’y sont déroulés, soit des gens que j’y ai rencontrés. Lorsque ces descriptions sont terminées, je les glisse dans une enveloppe que je scelle à la cire. À plusieurs reprises, je me suis fait accompagner sur les lieux que je décrivais par un ou une ami(e) photographe qui, soit librement, soit sur mes indications, a pris des photos que j’ai alors glissées, sans les regarder (à l’exception d’une seule) dans les enveloppes correspondantes ; il m’est arrivé également de glisser dans ces enveloppes divers éléments susceptibles de faire plus tard office de témoignages, par exemple des tickets de métro, ou bien des tickets de consommation, ou des billets de cinéma, ou des prospectus, etc.

Je recommence chaque année ces descriptions en prenant soin, grâce à un algorithme auquel j’ai déjà fait allusion (bi-carré latin orthogonal, celui-ci étant d’ordre 12), premièrement, de décrire chacun de ces lieux en un mois différent de l’année, deuxièmement, de ne jamais décrire le même mois la même couple de lieux.

Cette entreprise, qui n’est pas sans rappeler dans son principe « bombes du temps », durera donc douze ans, jusqu’à ce que tous les lieux aient été décrits deux fois douze fois. Trop préoccupé, l’année dernière, par le tournage de « Un homme qui dort » (dans lequel apparaissent d’ailleurs, la plupart de ces lieux), j’ai en fait sauté l’année 73 et c’est donc seulement en 1981 que je serai en possession (si toutefois je ne prends pas d’autre retard...) des 288 textes issus de cette expérience. Je saurai alors si elle en valait la peine : ce que j’en attends, en effet , n’est rien d’autre que la trace d’un triple vieillissement : celui des lieux eux-mêmes, celui de mes souvenirs, et celui de mon écriture. »



Extrait de l’ouvrage Espèces d’espaces, Galilée, 1974.

Dans le numéro 2 de la revue d’ici là sur Publie.net qui avait pour thème Mystérieux travail d’un écart qui s’imprime Pierre Coutelle a écrit un texte sur la rue Vilin.

Pierre Coutelle, revue d'ici là n°2 sur Publie.net Pierre Coutelle, revue d'ici là n°2 sur Publie.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déroulement de l’atelier :

Lieux sur Google Street View :

Décrire un lieu de son choix vu depuis Google Street View, de la manière la plus neutre possible : les maisons, les magasins, les gens que l’on y voit, les affiches, et d’une manière générale, tous les détails qui attirent le regard.

Lieux réels :

Décrire un lieu de son choix dans le lieu même que l’on a retenu, de la manière la plus neutre possible : "assis dans un café, ou marchant dans la rue, un carnet et un stylo à la main" décrire les maisons, les magasins, les gens que l’on rencontre, les affiches, et d’une manière générale, tous les détails qui attirent le regard.

Lieux souvenirs :

"Je m’efforce alors de décrire le lieu de mémoire, et d’évoquer à son propos tous les souvenirs qui me viennent, soit des événements qui s’y sont déroulés, soit des gens que j’y ai rencontrés."

 

1 commentaire
Inventer la ville : Les Lieux
Publié le 23 septembre 2013
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Mémoire Regard Ateliers d’écriture Photographie Ville Quotidien Dérive Chemin Fragment Inventaire Paris Espace






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter