| Accueil
LIMINAIRE
Séance 64



Proposition d’écriture :

Décrire un lieu anodin, une scène banale, les silences de ces lieux ou de ces moments qu’on a tendance à ne plus voir, à l’aide de notations très précises et en même temps distantes, de touches tour à tour enjouées ou mélancoliques, avec une attention pudique pour ce que l’on évoque.

Pris dans les choses (1985-2002), Gérard Noiret, Obsidiane, collection « Les solitudes », 2003.

Présentation du texte :

Gérard Noiret écrit tous les jours dans des carnets. Tous les deux ou trois ans, il relit ses carnets. Il rature. Il souligne, il extrait ce qui a surgi dans ses notes. La lecture de ses relectures est déterminante pour lui. Ce recueil « Pris dans les choses » revient sur plus de dix-sept ans d’une quête obstinée dans ces poèmes arrachés au quotidien. Les poèmes de « Pris dans les choses » ont tous été publiés en revue et confrontés à la scène avant d’être imprimés en livre.

Gérard Noiret regarde le monde, témoin attentif qui ne cherche pas à le transfigurer mais à en restituer l’essence, dans une confrontation entre le poids du quotidien et les aspirations de tout individu. « Développés soit à partir d’une sensation signifiante, écrit-il, soit en fonction de surgissements, stabilisés au bout d’une rumination et de reprises constantes, ces objets de langage manifestent une obstination transversale au projet de fresque. »

Extraits :

D’UNE CANTATE

On prend le ticket, les pneus crissent

La hauteur du plafond interroge

On se demande à quoi pouvait

Servir Bach

Avant

L’invention des parkings souterrains

Pris dans les choses (1985-2002), Gérard Noiret, Obsidiane, collection « Les solitudes », 2003, p.12.

FRANKENSTEIN

La soixantaine passée, on les croise

promenant leur gentil bâtard

un chien blanc et noir qu’ils appareillent

avec des roues de poussette.

A les voir soucieux, on imagine

le maître au secret de l’appentis,

perfectionnant des heures la prothèse,

répondant par monosyllabes,

insensible à l’ampoule qui exagère

l’ombre des plants de tomate.

Pris dans les choses (1985-2002), Gérard Noiret, Obsidiane, collection « Les solitudes », 2003, p.61.

Présentation de l’auteur :

Né en 1948, il vit et travaille en banlieue parisienne. Il a publié : Le Pain aux alouettes, Temps actuels, 1982 ; Chatila, Actes Sud, 1986 - Le Commun des mortels, Actes Sud, 1990 - Chroniques d’inquiétude, Actes Sud, 1994 - Toutes voix confondues, Maurice Nadeau, 1998 - Polyptique de la dame à la glycine, Actes Sud, 2000.

Liens :

Critique de Marc Blanchet parue dans « Le Matricule des anges »

Un extrait du livre de Gérard Noiret

Gérard Noiret : Pris dans les choses
Publié le 11 février 2005
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Regard Ateliers d’écriture Ville Silence Quotidien Paysage Fragment Espace Sensation






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter