| Accueil
LIMINAIRE
Séance 194



Proposition d’écriture :

Se trouver à la juste distance de ce que l’on observe pour le saisir dans son ensemble et en détail sans jamais s’en laisser aucunement imposer, afin de noter, avec une extrême précision, ce que l’on voit, ce que l’on vit. Ordonner ensuite ces textes par ordre de grandeur, du plus petit au plus grand, suivant le nombre de lettres contenu dans chacun d’entre-eux.

Poésie complète, Éric Meunié, Exils éditeur, 2006.

Présentation du texte :

Éric Meunié ne ménage rien ni personne. Les poètes en prennent pour leur grade. Bien fait pour eux, ils n’avaient qu’à refuser ces épaulettes et ces galons. Sa posture ridiculise le poète et pareillement la poésie s’étrangle dans toutes ces petites formes prétentieuses dont ils s’enorgueillissent. Éric Meunié n’a aucune pitié pour ce théâtre des vanités satisfaites (mais jalouses). Il semblerait parfois que ses notes sont drôles malgré lui, du seul fait de leur extrême précision. Nul effet d’humour, la seule description innocente soulève le rire, l’imposteur est démasqué. Cette lumière tombe comme la foudre sur le pitre pantois dévêtu d’un coup de ses prestigieux atours et qui se retrouve au pilori sur son socle de gloire trop hâtivement édifié (de ses propres pieds).

On admirera encore cette immédiate intelligence des situations, comme si Éric Meunié se trouvait toujours à la juste distance de ce qu’il observe pour le saisir dans son ensemble et en détail sans jamais s’en laisser aucunement imposer. S’il faut être myope ou ébloui, il n’est pourtant ni l’un ni l’autre, son œil accommode très vite – encore un réflexe sûr. Éric Meunié ne tend pas de pièges mais il est partout dans son affût : il surprend l’animal qui se croyait libre d’aller et de venir, prisonnier en réalité du petit atlas de ses trajectoires stratégiques.

Extraits :

« 469

Pour entrer dans l’histoire, il faudrait la raconter à reculons (hier serait le sujet du jour de la rentrée), en effaçant ce que nous y avons ajouté. La fascination de voir disparaître les traces du progrès rendrait plus vif le sentiment des temps précédents. A l’inverse, plonger directement dans un temps révolu produit un ennui de mauvais roman : il manque l’essentiel, ce qui, légèrement différent de nous, continue malgré tout de nous ressembler, de nous ’rappeler’’." »

Poésie complète, Eric Meunié, Exils éditeur, 2006, p. 35.

336

La vie fait un fine torture dans l’écoulement des difficultés par le pulseur de la conscience. Intoxiqué de souvenirs, je tourne la tête à gauche et à droite plusieurs fois. Puis le calme revient avec la même disposition arrangée : comprendre au fur et à mesure l’écoulement, par le filtre de la conscience avec la mémoire pour guide.

Poésie complète, Eric Meunié, Exils éditeur, 2006, p. 69.

14

Jouir de peur.

25

Se mesurer à son spectre.

25

L’image est revenante.

25

Relativiser. Revitaliser.

26

Mon nom ne vous dirait rien.

27

L’habitude fait le paysage.

28

C’est par malheur, ce désir.

29

La maturité est sans partage.

30

La caméra débouche la chambre.

31

Une mode rance devient un mode.

33

Pour toute destruction, attendre.

34

Ma chaussure en a plein la bouche

35

L’accidenté bénéficie d’un ralenti

36

Espérer disparaître avant de mourir

36

Le silence d’une puissance supposée.

40

Vus du chaos, les mensonges sont clairs.

Poésie complète, Eric Meunié, Exils éditeur, 2006, p.178-179.

Présentation de l’auteur :

Né le 16 mai 1960 à Paris. Anime presqu’aussitôt L’Absolu Manifeste aux éditions Clancier-Guénaud. Y publie surtout Malcolm de Chazal et quelques amis (entre amis véritables s’entretient l’envie d’écrire, Eric Chevillard, par exemple). En 1989, rencontre Pierre Gaudin et Claire Reverchon des éditions Créaphis, qui publient sa poésie. Obtient deux bourses de création immobile (à sa table) et une bourse de voyage (Mission Chazal à Maurice). Tente plusieurs fois de s’évader mais revient toujours à Paris. Tisse obstinément (par écrit) la toile de son enfermement. N’en sort pas, ne s’en sort pas. Résidera à Marseille au dernier trimestre 2002, CipM. 

Liens :

Note à propos d’Éric Meunié, Auto Mobile Fiction et Poésie complète dans La Revue Littéraire

Bibliographie de l’auteur sur le site du cipM

Présentation d’Eric Meunié sur le site de P.O.L.

Extrait de l’ouvrage sur le site de Laure Limongi

Éric Meunié : Poésie complète
Publié le 20 juillet 2007
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Regard Ateliers d’écriture Langage Inventaire Rire Jeu






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter