| Accueil
LIMINAIRE
Séance 184



Proposition d’écriture :

Une écriture proche de l’oralité, travaillée par certaines boucles et décrivant un état psychique qui se rapproche d’un lyrisme de la folie, jouant sur la fragilité du je. « Il y a quelque chose d’animal, d’archaïque... c’est toute une machine qui se met en marche, une flèche qui part et qui doit être juste : la puissance est dans l’exactitude... il ne s’agit pas de décrire l’oiseau mais de devenir Oiseau... une histoire de souffle, quelque chose de plus grand que moi, et que je ne comprends pas forcément... je suis happée par quelque chose qui est bien plus que moi... »



Mercure, Edith Azam, Éditions Castells, 2007.

Présentation du texte :

Une poésie de l’intime, de l’implosion ou de l’explosion du sujet, liée à la forme de détresse de ce moment fragile et momentané de la construction de soi.

« Ce qui tangue, qui fait coexister ce qu’il y a de plus simple, de plus signifiant aussi & ce qu’il y a de plus subtil & de plus inventif dans cette langue qui est celle d’Édith Azam.

Cette langue se fait dans les bulles, dans la bouche, dans l’écriture du sourire des poignets, les yeux, les yeux bleus. Cette écriture qui nous regarde & nous demande de la regarder, a une incroyable manière d’exister, de respirer, d’aspirer & de souffler, d’ébranler le monde & donc le lecteur, de l’éprouver par ricochets successifs & de plus en plus vifs, nets, tranchants jusqu’à la noyade, à l’asphyxie. »

Extrait :

« Ja dis hiiièr : « Mes peurs de pas nyarriver. ». Aujourd’huuui, ja nessaillé de pas avoir la pensitude de ça davan Karpianon. Ja même fait dans ma Tê… dans ma Tê-teu la procéduration inverse. Durant toute la journance, ja ma suis fisKée de les XXXerCiCes un peu plus pas-falciles, avecK l’ojbectif de rester dans le clalme quand ja farai pas la réussite. Pour garder la calmance, ja me suis dit que comme la Klompication elle atait ogmantitée, le ratage il atait très normalement-normal Kil viende et que ja davais pas trop me gronder face à mes imparfaitements. Cé quoi les choses plus Klompliquées que ja faites ? Cé que sur le Khiiié ja écrit les nnnotes Ki volent et Kelles sont même pas dans les lignations ces nnnotes. Alors, à la débutation, rien que de les zacrire, de les zaccrire rien que, ça me fazait Bo Kou de la difficulté. Java du mal à rester dans la cadrance de la page, les nnnnotes, elles fazaient un peu comme les Hoizo quand ils volent avec libertance. Oui, à cause de mon maginaire il est plus fort que moi, java plus la fixité des choses, et les nnnotes elles se deviendaient en Hoizo, et les lignations j’en fazais des HHarbres ou des nuageries. Ca m’a fait un drôle de dessin. A la débutation-du-début, java Klomplètement oublié que ja voulavais KKKraVVailler la zécriture de la mmmuzzzique. Mon maginaire il mava fait transformer mon volonté, il ava pluvérisé ma volontance de cadrance. »

Mercure, Edith Azam, Éditions Castells, 2007, p.77.

Présentation de l’auteur :

Edith Azam est née en 1973. Elle a fait des études de lettres modernes et en sciences de l’éducation. Elle abandonne très vite l’enseignement pour se consacrer à l’écriture et faire des lectures publiques, notamment à Lodève, Limoux, Carcassonne, Valleraugues, Pau et au 24e Marché de la poésie. Elle est soutenue dans son travail par Julien Blaine et Charles Pennequin, ainsi que par Laurent Cauwet (éditions Al Dante). Elle travaille souvent en binôme, essentiellement d’écriture (avec Sophie Namer et Victor Mocci-Mazy ou avec Charles Pennequin), mais aussi avec la chorégraphe Muriel Piqué.

Liens :

Anthologie permanente de poezibao sur Edith Azam

Lecture d’Edith Azam au festival de Lodève 2006

Extraits de « Bouche cousue » d’Edith Azam sur le site de Jérôme Bonnetto

Le blog d’Edith Azam

Edith Azam : Mercure
Publié le 11 mai 2007
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Langage Voix Parole Souffle Poésie Mouvement






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter