| Accueil
LIMINAIRE
Séance 228



Proposition d’écriture :

Écrire un texte à plusieurs dont la structure suit une narration chronologique classique à plusieurs voix. Tous les proches fictifs ou réels d’un personnage emblématique d’une époque prennent la parole pour en retracer la destinée et en former le portrait diffracté. Œuvre collective, roman polyphonique, dont l’originalité réside dans le fait qu’on ne sait pas qui écrit quoi.

Une chic fille, Collectif Inculte, Éditions Naïve, 2008.

Présentation du texte :

« It’s very expensive to be me. » Anna Nicole Smith

Icône déglinguée du rêve américain, cible privilégiée des tabloïds du monde entier, Anna Nicole Smith est morte le 8 février 2007. Ce roman polyphonique, librement inspiré de sa vie, convoque les voix de ceux qui l’ont croisée, anonymes ou célébrités, et retrace l’itinéraire d’une starlette ordinaire, à la fois playmate, héroïne de télé-réalité, épouse d’un vieillard milliardaire... Pratiquant le décadrage et l’esthétique pop, s’appropriant cette Marilyn Monroe trash, cherchant à rendre corps à cette Nana de l’ère Botox, le collectif Inculte dessine ainsi le portrait diffracté d’une chic fille, ambitieuse et candide, modèle paradoxal d’une certaine Amérique mythique et mythomane.

Ont contribué à l’écriture de ce livre : François Bégaudeau, Arno Bertina, Maylis de Kerangal, Hélène Gaudy, Marie Hermann, Mathieu Larnaudie, Julien Morello, Christophe Paviot, Nicolas Richard, Oliver Rohe, Jérôme Schmidt, Joy Sorman et Xavier Tresvaux.

Extrait :

« - Houston, le 12 janvier 1969 - Donald Eugene Hogan, père de Vickie Lynn

Je rentre à pied. Ça fait réfléchir. Pas toujours bon de réfléchir quand tu bosses depuis quatre heures du matin. Avant y’avait le bus de l’usine, maintenant y’a le bus des pieds. Avant y’avait Caterpillar tout court, maintenant c’est Caterpillar Mitsubishi Ltd. et en prime tu rentres à pied. Sans la prime évidemment. Et quand tu rentres, ta femme elle se traîne dans le mobile home dégueulasse, et la môme qui braille, elle pourrait la changer au moins. On va pas aller loin, j’avais prévenu. Je veux qu’on me foute la paix. Apparemment c’est trop demander. Je me barre, c’est presque décidé. Je reviendrai quand ça sera calmé. Et si ça se calme pas je reviendrai pas. C’est aussi simple que ça. Virgie elle est incapable de s’occuper de Vickie elle est bonne qu’à baiser et dormir et râler et se plaindre que j’ai un gros bide et que je pique et que je devrais faire couper mes moustaches et puis quoi encore. Arrêter la guitare aussi tant qu’on y est ? N’importe quoi. Ça rime à rien de marcher, ça rime à rien de trimer comme une brute quand autour on s’en fout de ta gueule. Wanda au moins elle s’intéresse, elle s’occupe d’elle, elle est pas tout le temps à parader en blouson sur sa chemise de nuit autour du mobile home. Wanda au moins elle a un chez soi, des murs et une baignoire. J’avais prévenu que ça irait pas entre Virgie et moi mais sa soeur elle a dit tu lui as fait un gosse tu l’épouses. Et moi je me suis réflexionné que ça me calmerait, ça me ferait peut-être diminuer mes conneries. J’ai levé le pied, j’ai pris un boulot à l’usine, et puis c’est doucement reparti. Je me souviens l’année dernière Virgie sa seule préoccupation c’était donner un prénom à l’alien qu’elle avait dans le bide. Je lui disais on a qu’à l’appeler l’alien. Alien Hogan ça fait pas mal. Alors Virgie elle a pleuré et je l’ai prise dans mes bras, je l’ai basculée doucement sur la table, je lui ai écarté les guiboles et je lui ai fait l’amour la tête posée sur son gros ventre. J’entendais l’alien qui gigotait là-dedans disant please assez, pas d’autre alien j’arrive. Je lui fais t’inquiète l’alien, j’en ferai pas d’autres. Et j’ai décollé mon oreille pour pas entendre la suite. Car les aliens c’est sentimental.

Quelque temps plus tard j’ai rencontré Wanda. Wanda, elle bossait comme secrétaire du concessionnaire Ford, en face de l’arrêt de bus. L’après-midi quand je sortais du taf, je la voyais qui tapait à la machine derrière la vitre, sa petite queue de cheval qui remuait juste en dessous du F. Quand la boîte ils ont arrêté de nous ramener chez nous, on avait pris l’habitude de boire un jus à la cafétéria du coin. Forcément Virgie l’a su parce que Virgie elle savait tout. Mais je m’en foutais et je regardais la poussière de la rue tournoyer à travers les lettres inversées de la devanture en attendant que ça change. Rien n’a changé. Je joue de moins en moins de guitare parce que le boulot me tue, parce Vickie l’alien braille toute la journée, parce que Wanda. »

Une chic fille, Collectif Inculte, Éditions Naïve, 2008.

Présentation des auteurs :

François Bégaudeau est né à Luçon en 1971, est un journaliste et écrivain français.

Arno Bertina est un romancier et critique français né en 1975.

Maylis de Kerangal est née en 1967 au Havre.

Hélène Gaudy est un écrivain, née en 1979.

Mathieu Larnaudie est un écrivain français né à Blois en 1977. Il vit à Paris.

Oliver Rohe est un romancier français né en 1972.

Jérôme Schmidt est un musicien français né en 1977.

Joy Sorman, née en 1973 est une écrivaine française.

Christophe Paviot écrivain, est né à Rennes en 1967.

Nicolas Richard est auteur et traducteur.

Xavier Tresvaux, Julien Morello et Marie Hermann, écrivains, ont également participé à ce livre.

Liens :

Le site des éditions Inculte

Les éditions Naïve : maison d’artistes

Un extrait du roman sur le blog de Laure Limongi

Collectif Inculte : Une chic fille
Publié le 15 mars 2008
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Mémoire Ateliers d’écriture Récit Palimpseste Voix Biographie Parole Portrait






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter