| Accueil
LIMINAIRE
Séance 328


Proposition d’écriture :

Composer un poème narratif, forme longue en vers libres, un chant débridé à travers le temps, rythmé d’emprunts, mais aussi de détournements, d’illustrations, d’articles de presse et de faits divers, multipliant à foison les techniques d’écriture poétique et la critique d’un lyrisme désuet.

La dernière épopée, Charles-Mézence Briseul, Ikko, 2009.

Présentation du texte :

Une épopée est une grande composition, généralement en vers, qui raconte quelque action héroïque, embellie d’épisodes, de fictions et d’événements merveilleux. L’Iliade, l’Énéide, la Jérusalem délivrée sont des épopées.

Par extension, il signifie une suite de faits historiques qui, par leur caractère héroïque, rappellent les récits merveilleux des poètes. L’épopée napoléonienne. L’épopée des fusiliers marins pendant la grande guerre.

La dernière épopée de Charles-Mézence Briseul, est un poème narratif composé de six chants. Le héros, incarnation assumée de l’auteur, assiste la mort des dieux anciens et affronte le dieu unique qui commence déjà à se manifester.

Par son audace et sa violente traversée du Temps, ce poème narratif rend risibles toutes les tentatives de résurrection du lyrisme.

Extrait :

« froidures, à l’ombre des arbres en fleurs

j’attends ta voix, rires, paroles de sexe doux, bon

tu n’es pas là, tu n’es pas seule

froidures, sous la nuit et les constellations nouvelles

dans la froidure, dans l’ombre, sous quelque chose

jamais dans la pleine lumière inepte des éros

mais la pénombre des émotions délicates

sentiments impossibles

quand le héros marche droit, ignore les dédales, les

canyons, failles sous-marines, creux et anfractuosités

ô je vous adore calmement en frissonnant

tout de même

la petite incision

et les entrailles tombent

bois-les

la conscience s’éveille

j’aspire de l’air sec dans un sac plastique

écrase

les arbres secs je les brûle

je connais le secret de la floraison éternelle

là, dans ton sexe, tes cris, la nuit, ton corps blanc

au-dessus de l’abîme, écran de carne

il existe des supermarchés sans personnel

la transgression morale n’influe pas beaucoup sur la puissance d’exister

un peu quand même

des hôtels »

Auteur :

Charles-Mézence Briseul est né en 1979. Il vit à La Réunion. Il fonde en 1997 l’association le corridor bleu qui se consacre à l’édition de poésie contemporaine. Il a fait partie du comité de rédaction de la revue Le Jardin Ouvrier de 2002 à 2003. Il a animé le blog Re-pon-nou.

Il a publié plusieurs ouvrages de poésie : Travail, Trame où est, 2001. Guerre, Sens & Tonka, 2003. Le Viol de Zette, Sens & Tonka, 2005. La dernière épopée, Ikko, 2009. L’association IKKO a mis un terme à ses activités éditoriales au 1er octobre 2009.

Liens :

Site de l’éditeur de l’ouvrage de Charles-Mézence Briseul (fermé en 2009)

j’achève toute épopée, dernière page du livre de Charles-Mézence Briseul sur Sitaudis

Un extrait du troisième chant de l’ouvrage de Charles-Mézence Briseul sur le blog ré pou nou

Extrait du texte paru dans la revue en ligne Plexus-s

Charles-Mézence Briseul : La dernière épopée
Publié le 12 février 2010
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Palimpseste Poésie Désir Désordre






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter