| Accueil
LIMINAIRE

Suite des ateliers que je mène à Poitiers avec les étudiants de SciencesPo et ceux de la Faculté de Lettres. Nous avons travaillé lors de cette seconde séance, le jeudi 5 novembre, à partir des œuvres de deux auteurs contemporains, autour de l’ouvrage de Jean-Christophe Bailly, Basse continue, publié au Seuil, en 2000, et celui de Hubert Lucot, Pour plus de liberté encore : slogans hyperlibéralistes, publié chez Voix éditions, en 2000.


Premier exercice : Quelques phrases extraites du journal du matin, fragments de commentaires et d’analyses "à chaud" de notre quotidien. Dans cet empilement qu’on opère, les phrases prennent alors la tournure des dépêches d’agences de presse. A force, on entend presque le bruit de la machine, « non un chant mais une basse continue. »


Voici un des textes écrits par un élève :



Le matin, on ne sait jamais comment va se dérouler la journée.

Alors que le business est de retour,

Un début de panique commence à s’emparer de l’Ukraine

Et le socialisme, ces dernières années, navigue à vue.

Il n’y a cependant pas péril en la demeure.

Taxe professionnelle : le gouvernement maintient le cap.

Lorsqu’on est pas d’accord, on fait un choix : soit on se tait, soit on s’en va.

Une victoire sans panache, par forfait.

Capacité à franchir les épreuves.

A la faveur des premières lueurs, on aperçoit le Mur,

Longue balafre qui déchire la ville en deux,

Il est blindé, il doute très peu.

On peut dire des choses difficiles sans tirer contre son camp.

Résultat au pris d’un match monstrueux, intense dans chacun de ses fragments,

C’est à cet endroit du monde que l’affrontement a été le plus évident.

L’histoire d’un long voyage vers la liberté,

L’histoire n’est pas un monstre froid.



Deuxième exercice : Établir une liste d’aphorismes entre slogan politique et maxime poétique, à partir de collages de textes aux provenances variées, manchettes de journaux et annonces publicitaires détournés.

Voici quelques slogans écrits par les élèves :

Travailler plus pour gagner rien

L’emploi passe, le chômage reste

Laver plus blanc avec Edvige

PS, le bilan des promesses ! On vous a toujours promis ce que ne nous ne ferions pas.

Avec Abdulah Abdulah, le courage, c’est de reculer !

La fin de la guerre n’entraîne pas le début de la paix, regardez l’Irak

Aujourd’hui, tout le monde doit être d’accord pour critiquer la pensée unique

Les clandestins réclament des papiers, qu’on leur donne une forêt !

Le juge et le gardien de but font le même travail puisque leurs arrêts sont aussi déterminants !

Pourquoi ne pas faire un appel du pied à ceux qui nous montrent du doigt ?

Contre le cancer, une seule solution : la Guérison !

L’identité belge : l’affrontement et la division

L’erreur est humaine, la reconnaître, c’est divin !

L’ensemble des textes écrits lors de ces ateliers est mis en ligne progressivement sur le site lancé par François Bon : Ouvrez.

Un enregistrement des slogans est également diffusé sur Radio Marelle.

1 commentaire
  • premier exercice (Jean)Christophe Bailly) Stressés, oui, paniqués, « pas pour l’instant », et le Grand Paris devient le théâtre d’une tentative d’ouverture comme à la grande époque des grosses prises à gauche. Mais on est dans la banalité totale, n’en tirez pas des conséquences fausses... Il a répété que tout allait bien se passer. C’est un leitmotiv dans les conférences de presse des syndicats qui se succèdent ces jours-ci : on envoie les jeunes profs au casse-pipe, La brigade financière m’a demandé ce matin par téléphone si j’acceptais une perquisition de mon domicile. A l’heure des derniers ravitaillements en cahiers à spirales gros carreaux, le climat n’est pas des plus détendus en cette rentrée Cependant deux sentiments paradoxaux s’emparent de moi en premier lieu : le soulagement et la colère. On pensait avoir tout vu, tout lu, tout entendu à propos de la mascarade sud-africaine. Dans la nuit de samedi à dimanche, l’école primaire privée Saint-Yves avait été endommagée par un début de feu Notre école a moins besoin de grand soir que de petits matins quotidiens Une fois rénové, le "des Bains", comme on l’appelait, abritera des appartements de luxe où la vue sur la mer se négociera autour de 15 000 euros le mètre carré. La colère de savoir que nous serons... utilisés après la Toussaint pour boucher les trous. Fauché par une voiture, un octogénaire meurt sur le coup L’affaire semble encore peu intéresser les médias. Devant ses amis qui assistent aux débats en s’amusant, il fait le dos rond. Attendant que l’orage passe. Les expulsions ? Elle n’est ni pour ni contre. Pas son boulot.

Ateliers d’écriture à Poitiers : Jean-Christophe Bailly & Hubert Lucot
Publié le 20 novembre 2009
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Quotidien Inventaire Politique Journal






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter