| Accueil
LIMINAIRE
Séance 36


Proposition d’écriture :

« Imaginaire des photographies jamais faites, qu’il ne faut surtout pas faire, réservées. Je développe en chambre noire mes négatifs, mes images latentes. Elles montent, j’assiste à leur montée dans l’attente et le désir, et le travail, dans l’étude. »

Photos de familles, Anne-Marie Garat, Seuil, 1994.

Présentation du texte :

Une quarantaine de photographies - de la fin du XIXe siècle à nos jours, trouvées dans des greniers, de vieux albums poussiéreux - forment la trame de ce récit nostalgique.

Anne-Marie Garat, auteur de nombreux romans publiés au Seuil et chez Actes Sud, évoque ici la photographie par l’intermédiaire de ces albums de famille, avec ce regard et cet imaginaire si particuliers à la romancière qui constituent comme elle le dit elle-même : "son album imaginaire."

"Je voudrais que ce livre se consulte comme une traversée des apparences, écrit Anne-Marie Garat, qu’il fasse entendre la voix silencieuse, le langage d’ombre et de lumière de la photographie. Mon livre commence avec le portrait d’une centenaire dont les yeux ont vu le XIXe siècle. Il s’achève sur une image de nuage, visage du présent, fin XXe siècle. Nuage atmosphérique, nébuleuse atomique. Nuage du grain argentique. De la centenaire au nuage, j’ai voulu écrire l’histoire de nos chambres noires."

Extrait :

« Par exemple une porte ouverte sur un jardin.

L’intérieur de la maison est sombre, on n’y voit goutte. Seule la découpe rectangulaire d’une fenêtre sur un fouillis végétal, inondé de lumière, qui peut connaître la surexposition, aveuglante de blancheur, avant de délivrer des formes, des couleurs. D’abord scintillement de poudre, de grains en suspension, de neige. Il neige. Un dedans, un dehors, la tension très grande entre ce dedans, ce dehors. L’appel de la profondeur. Et aussi, latéralement, ce qui peut surgir dans le cadre, venir s’y inscrire, écrire. Quelqu’un. Un bruit, une voix. Derrière, dans ce noir de la maison, ce qui va se mettre à bouger, dans ses chambres, parler.

Par exemple, une fenêtre brouillée de pluie, un orage d’été, un baquet d’anguilles abandonnée à l’eau du ciel.

Ou bien cet homme assis sous une lampe. Il fait nuit, il me tourne le dos. Il écrit. »

Photos de familles, Anne-Marie Garat, Seuil, 1994, p.162.

Auteur :

Anne-Marie Garat est une romancière française. Elle a obtenu le prix Femina en 1992 pour Aden, paru aux éditions du Seuil et le prix Marguerite Audoux pour son roman, Les mal famées. Elle enseigne le cinéma et la photographie. Elle a publié dernièrement une trilogie aux éditions Actes Sud : Dans la main du diable, Actes Sud, 2006. L’enfant des ténèbres, 2008 et Pense à demain, 2010.

Liens :

Le site de l’auteur

Le site de l’éditeur de la collection « Fiction & Cie »

Anne-Marie Garat sur le site d’Actes Sud

Anne-Marie Garat : Photos de familles
Publié le 3 septembre 2004
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Mémoire Regard Ateliers d’écriture Photographie Désir Images Travail






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter