| Accueil
LIMINAIRE
Séance 77



Proposition d’écriture :

Réécrire une ou plusieurs fois la page 100 d’un livre qu’on n’a pas encore lu. Garder les trois premières phrases intactes, puis modifier le reste en conservant quelques éléments, en développant une partie et supprimant d’autres parties tout en restant dans le cadre d’une page dont on n’écrira jamais la suite.

Là pour ça, Alain Fleischer, Éditions Léo Scheer/Flammarion, 2003.

Présentation du texte :

OLNI, Objet Littéraire Non Identifié, livre laboratoire où la page 100 est recommencée 99 fois à partir des trois premières phrases : « (...)écrire. Plus simple, bien sûr. Maintenant, trop tard. » Chaque variation est différente et pourtant il y a des échos de l’une à l’autre. Nous restons au milieu du gué entre l’histoire qui déjà débutée et dont on ne connaîtra pas la fin. 99 textes potentiels autour de quelques points communs.

Extrait :

(...) écrire. Plus simple, bien sûr. Maintenant, trop tard. Il y a des situations présentes où tout est simple et où il est temps pour tout, et puis, de situation présente en situation présente et de période en période, l’éventail des possibilités se referme, et se referme précisément comme un éventail : plutôt par les côtés ou plutôt par le milieu, on ne sait pourquoi ; chaque lame de l’éventail pouvant à tout moment s’escamoter derrière une autre, quelle que soit sa place, pourquoi celle-là à ce moment-là plutôt qu’une autre, on ne sait, et ainsi disparaît parfois ce qui est au centre et que depuis toujours on tient pour essentiel, par exemple le projet principal comme on l’appelle, (...)

(...) écrire. Plus simple, bien sûr. Maintenant, trop tard. Trop tard maintenant pour la plongée immédiate dans le déséquilibre du projet principal, le déséquilibre de l’accomplissement, mais peut-être trop tard pour cela du fait de la plongée dans le déséquilibre du détournement, peut-être seulement trop tard dans l’immédiat (...)

(...) écrire. Plus simple, bien sûr. Maintenant, trop tard. Plus simple, bien sûr, depuis toujours, mais maintenant trop tard, depuis quand ? On se souvient, par exemple, de ce que sont pour celui qu’on appelle le jeune garçon certaines situations présentes parmi les plus lointaines, celles de ce qu’on appelle la première période (...)

Là pour ça, Alain Fleischer, Éditions Léo Scheer/Flammarion, 2003.

Présentation de l’auteur :

Alain Fleischer est né en 1944 à Paris, il est cinéaste, écrivain, plasticien et photographe. Il dirige actuellement le Studio national des arts contemporains du Fresnoy. Il est l’auteur de Là pour ça", Les ambitions désavouées, Les angles morts, La hache et le violon’’, tous publiés aux éditions du Seuil.

Liens :

Présentation du travail plastique et photographique d’Alain Fleischer sur le site du Frac Bourgogne

Le site du Fresnoy

Alain Fleischer : Là pour ça
Publié le 13 mai 2005
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Ateliers d’écriture Écriture Palimpseste Citation Livre Fragment Bibliothèque






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter