| Accueil
LIMINAIRE
Séance 53


Proposition d’écriture :

Parler de soi ou d’un proche à différents moments critiques de son existence, comme on fait le portrait d’un autre, d’un inconnu, d’un étranger, avec une distance complice, mais un regard critique. S’aider pour écrire ces textes (une scène précise à chaque fois) de phrases courtes qu’on enchaîne les unes aux autres, sans ponctuation.

Un bruit de verre en elle, Albane Gellé, Inventaire/Invention éditions, Collection Textes, 2002.

Présentation du texte :

« J’écris depuis mes arbres mes livres mes chevaux, j’écris depuis ce que j’entends, depuis ce que je tais, respire. J’écris depuis ce qui dehors bouscule, appelle, depuis ce qui dedans bouge. J’écris avec la mémoire des choses oubliées, avec les mouvements des bêtes, les remuements des cœurs, avec ce qui devant les yeux : là. J’écris avec mes lointains, mes nuits mes ombres, j’écris bancale penchée, j’écris de toutes mes forces et j’écris à tâtons. J’écris vers l’immense, vers une enfant, vers l’invisible, vers un père, vers les inconnus, les vivants, les endormis, les anges, vers toi. »

C’est ainsi qu’Albane Gellé présente son travail d’écriture dans le cadre d’un atelier qu’elle mènera en 2005 à la Scène Nationale du Manège, à La Roche-sur-Yon.

C’est à la suite d’un travail de ce type, dans un hôpital psychiatrique, qu’Albane Gellé a écrit Un bruit de verre en elle.

Extraits :

un homme sa mère lui téléphone tous les jours à midi pile il réinvente ses journées pour elle parce qu’il n’a rien de nouveau vraiment à dire c’est beaucoup pour lui tous les jours à midi ça encombre le reste de son temps alors on lui donne des médicaments

une femme elle bouge la tête un peu elle dit que c’est dimanche quand sa sœur vient la voir elle met Dieu souvent dans ses phrases et ça lui est bien égal tout le reste

un homme il a mal à la tête il serre son front avec ses mains et demande « mais quoi faire au juste pour que ça s’arrête dites-moi » il supplie avec son corps plié ça fait plein d’hivers dans la même année qu’il ne rit plus dans sa chambre fermée à clé il a écrit sur le mur blanc « on achève bien les bêtes »

un homme il ressemble à une femme mais c’est un homme on le sait bien dessous ses vêtements de femme lui aussi il le sait bien au fond il a des souvenirs comme tout le monde mais c’est son secret à double tour le confier à quelqu’un ça jamais et tant pis si on le prend pour un fou

une femme en réalité c’est une fille elle a vingt ans elle tourne les pages d’un magazine de mode à toute allure avec ses doigts dès qu’elle a fini elle recommence et une cassette repasse sa chanson préférée à tue-tête en même temps elle n’en finit pas de se répéter la scène c’est comme au théâtre mais si quelqu’un arrive alors elle pleure »
_

Un bruit de verre en elle, Albane Gellé, Inventaire/Invention éditions, Collection Textes, 2002.

Auteur :

Albane Gellé a notamment écrit À partir d’un doute (éditions Voie Publique), Hors du Bocal (éditions ’’Le Chat qui Tousse’’), En toutes circonstances (éditions Le Dé Bleu, collection ’’Farfadet’’), De père en fille (éditions ’’Le Chat qui Tousse’’) et L’air Libre (éditions Le Dé Bleu, (Prix des Découvreurs 2003)). Aucun silence bien sûr (2002) aux éditions Le Dé Bleu. Dernière publication : Je, tu, nous aime aux éditions Le Cheyne éditeur.

Lien :

Terre à ciel : extraits de textes d’Albane Gellé

"Je Cheval" sur Poézibao

Albane Gellé sur le site « Remue.net »

Entretien avec Albane Gellé, poète par Alexandra Morardet sur Arte TV

Albane Gellé : Un bruit de verre en elle
Publié le 26 novembre 2004
- Dans la rubrique ATELIERS D’ÉCRITURE
Temps Regard Ateliers d’écriture Biographie Poésie Fragment Portrait






© LIMINAIRE 2011 - Créé par Pierre Ménard avec SPIP - Administration - Sur Publie.net - contact / @ / liminaire.fr - RSS RSS Netvibes Liminaire Suivez Pierre Ménard sur Facebook Suivez Pierre Ménard sur Twitter